Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

Zones rouges, dérogations, QR code… Ce qui attend les automobilistes lorsqu’ils voyagent


Dans une interview avec ParisienLe préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, détaille le dispositif qui s’appliquera aux véhicules automobiles. Des exceptions seront nécessaires pour les déplacements dans certaines zones de Paris

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre, auront de lourdes conséquences sur la circulation dans la capitale et en Île-de-France. Les riverains et les commerçants, qui vivent et travaillent à proximité des lieux où se dérouleront les événements, sont les principaux concernés. « Le principe est l’interdiction de la circulation automobile, et l’exception est l’exonération. »a déclaré le préfet de police de Paris dans un entretien à Parisien , ce mercredi 29 novembre. Laurent Nuñez détaille les contours des zones d’accès restreint autour des sites olympiques et lors de la cérémonie d’ouverture.

Concrètement, des périmètres de restriction de circulation ont été établis autour des zones de compétition. Ces restrictions n’affecteront pas « uniquement les véhicules motorisés à deux ou quatre roues », précise le préfet. Des dérogations seront accordées aux personnes autorisées. En novembre, le ministre des Transports Clément Beaune avait admis que les plans de circulation pendant les Jeux olympiques seraient « durs ». De quoi s’agit-il spécifiquement ?

Quels domaines seront concernés par les exonérations ?

Des zones rouges seront établies au plus près des sites olympiques, où la circulation sera interdite, sauf cas exceptionnels. La préfecture justifie cette mesure drastique « en raison du flux important de piétons et des risques d’accidents ou de perturbations ». Ces espaces se retrouvent par exemple au Parc des Princes, au Village des athlètes de Saint-Denis, à l’Accor Arena ou encore au Stade Yves-du-Manoir à Colombes (Hauts-de-Seine).

Dans la deuxième zone, dite bleue, la circulation ne sera pas interdite mais réglementée pour éviter « trafic de transit ». Seules les personnes qui habitent, travaillent ou souhaitent se rendre dans un commerce ou un restaurant dans ce quartier pourront y accéder en voiture.

Ces périmètres seront en vigueur pendant toute la durée du concours, sauf dans les zones où seront installés des sites temporaires, comme la Concorde, Les Invalides ou le Trocadéro). Dans ce cas, « Il faut prévoir des phases de montage et de démontage » ET « Les sites seront fermés à la circulation peu avant les Jeux ». De même, les conditions de circulation et d’accès seront plus strictes les jours où les épreuves passent par Paris. « Cependant, le temps de neutralisation est très court et principalement le week-end »explique le préfet de police.

Qui pourra obtenir une dérogation ?

Dans les zones rouges, les dérogations affecteront « les résidents disposant d’un parking, les personnes rendant visite à des personnes vulnérables, les véhicules d’urgence et de secours, les véhicules de dépannage, etc. », explique le préfet de police. Les taxis et VTC devraient y être autorisés. « s’ils laissent quelqu’un là-bas et seulement s’ils ont des preuves ». Quant aux gens qui vont dans le périmètre bleu, «Ils doivent pouvoir justifier du motif de leur déplacement».

Une liste de catégories de personnes pouvant bénéficier de dérogations a été établie. Une consultation sera réalisée pour le valider jusqu’à mi-janvier, » à un public qui sera reçu à Paris et dans les préfectures des départements d’Île-de-France accueillant les épreuves olympiques et paralympiques. « Nous vérifierons que cela correspond à la réalité de la vie économique. »

Comment obtenir une exonération ?

Les demandeurs du précieux sésame doivent, avant les Jeux olympiques, s’inscrire sur une plateforme numérique et présenter des justificatifs : de domicile pour les riverains, d’autres pour les commerçants qui effectuent des livraisons, etc. Cette plateforme devrait être lancée en mars. Les titulaires d’exonérations auront un QR code à présenter lors des contrôles du périmètre rouge.

Pour les personnes n’ayant pas accès à Internet, la mairie de Paris et d’autres communes étudient la possibilité d’obtenir une carte ou un bon. « Des points d’accès seront définis. Il est trop tôt pour les rendre publics.conclut.

Le puzzle de la cérémonie d’ouverture

« Ça va être plus compliqué », admet sans ambages le chef de la police. La zone où la circulation sera interdite. « ce sera large » et le périmètre de protection sera établi quelques jours avant le 26 juillet. « L’entrée des véhicules sera limitée au strict minimum ».

Les gens qui en ont « quelque chose à faire » Cette zone est accessible aux résidents locaux, aux touristes dont l’hôtel se trouve dans le périmètre rouge ou aux visiteurs munis d’un billet pour la cérémonie. Il en va de même pour aller au restaurant ou au bar : « Il va falloir justifier qu’on est dans le périmètre (…) donc, il y aura forcément un enregistrement sur la plateforme. » Enfin, une personne qui se rend chez un ami habitant en zone rouge pour observer la cérémonie d’inauguration depuis le balcon ou la péniche de ce dernier doit s’inscrire sur la plateforme.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >


Gn fr Sport

Eleon Lass

Eleanor - 28 years I have 5 years experience in journalism, and I care about news, celebrity news, technical news, as well as fashion, and was published in many international electronic magazines, and I live in Paris - France, and you can write to me: eleanor@newstoday.fr
Bouton retour en haut de la page