Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Yolande Moreau et le fantasme de l’ordinaire

La fiancée du poète ***

de Yolande Moreau

Film français, 1h43

Charleville-Mézières est la ville natale d’Arthur Rimbaud, et ce n’est pas un hasard si Yolande Moreau y a installé ses caméras pour tourner son troisième film en vingt ans de réalisatrice. Avec sa grâce habituelle – on se souvient de son personnage d’Irène dans Quand la mer monte… (2004) –, elle transforme une vieille demeure au bord de la Meuse en un territoire de poésie et de fantaisie où tous les possibles sont permis. Surtout quand il s’agit d’amour, de rêves et de chaleur humaine. Loin, très loin du quotidien ordinaire de son personnage, Mireille, qui au terme d’une vie accidentée revient s’installer dans sa ville natale.

Reconnectez-vous à l’innocence de votre jeunesse

Serveuse à la cafétéria des Beaux-Arts, faute de mieux, elle se lance dans divers petits commerces pour faire bouillir la marmite et entretenir la maison délabrée héritée de ses parents, riches industriels locaux. Quand le Père Benoit – surprenant William Sheller dans son premier rôle au cinéma – lui conseille de  » s’ouvrir aux autres « , elle décide d’accueillir trois locataires. Trois hommes et autant « tricheurs »qui ment aux autres comme à eux-mêmes.

Il y a Cyril, l’étudiant qui copie les grands maîtres pour mieux parler au génie, Bernard le jardinier municipal et père de deux enfants qui se déguise en femme le soir, et enfin Elvis, le clandestin turc habillé en chanteur country américain. Ils forment une communauté de doux fous qui finissent par trouver l’harmonie. Jusqu’au retour du « Poète », premier amour de Mireille, un plombier espagnol incarné par Sergi Lopez, qui se faisait passer pour André Pieyre de Mandiargues…

Un joli conte mélancolique

Yolande Moreau retrouve son personnage de vieille fille un peu naïve, rêvant d’amour et de poésie, dans ce film faussement fou où chacun joue impeccablement son rôle, avec une mention spéciale pour Grégory Gadebois. Au milieu du champ de ruine qu’est sa vie et sa maison, ces rencontres permettront à Mireille de renouer avec ses rêves et l’innocence de sa jeunesse. Un joli conte mélancolique naviguant entre vrai et faux, réalité et illusion, tendresse et burlesque qui, après une introduction un peu laborieuse, nous entraîne dans une sarabande joyeuse et touchante.

Et si le mensonge rendait la vie plus belle ?, semble nous dire le réalisateur dont les personnages repeignent leur vie aux couleurs de leurs rêves pour mieux vivre avec l’ordinaire. C’est toute la magie de ces rencontres improbables orchestrées d’une main sensible par Yolande Moreau.

New Grb1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page