Divertissement

VIDÉO. Thomas Pesquet montre ce qu’il a photographié depuis l’espace

Brut.

« 245 000 clichés à bord de la Station spatiale, 2 500 postés sur les réseaux sociaux, 300, un peu plus de 300 dans ce livre.« C’est le nombre astronomique de photos que Thomas Pesquet a prises lors de ses missions spatiales. Depuis la Station spatiale internationale, l’astronaute français a immortalisé notre planète sous toutes ses coutures. Des clichés qu’il partageait souvent sur ses réseaux sociaux. Mais à travers son objectif, le scientifique a vu bien plus que la beauté de la Terre, il a aussi été témoin de catastrophes naturelles, liées au changement climatique.

« On est d’abord attiré par ce qui est joli, par la beauté de la Terre, parce que c’est fascinant, et puis c’est magnifique. Mais très vite, on se rend compte, en fait, qu’à droite, à gauche, il y a des petits trucs qui vont mal, qu’on voit les traces du changement climatique, qu’on voit, malheureusement, les conséquences néfastes des activités humaines. Puis on essaie d’immortaliser un peu ça, de le partager et puis de montrer aux gens : ‘Tiens, regarde, la Terre, c’est magnifique, c’est une oasis, mais à droite, à gauche, y’a aussi des choses qui ne vont pas‘ » il montre.

Il a notamment observé les incendies qui détruisaient les forêts. « On se sent impuissant, on se sent peut-être même un peu coupable, car le changement climatique touche tout le monde, malheureusement. Alors on se dit : bon, on est là, bien à l’abri en regardant ça, mais là, à l’intérieur, il y a des gens, il y a des pompiers qui se battent. Il y en a qui meurent, d’ailleurs, ça arrive. Et puis il y a des gens qui ont leur maison qui part en fumée, il y a forcément beaucoup de nature qui part en fumée, donc c’est vraiment un sentiment un peu bizarre… On essaie de faire ce qu’on peut, parce que c’est vrai que les astronautes peuvent être appelés à réagir aux catastrophes. En fait, le centre de contrôle nous dit : « Nous aurions besoin de vos photos de ces zones pour aider les secours sur place. Evidemment, on se plie avec plaisir, mais on se sent un peu impuissant.



Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page