Skip to content
VIDÉO.  Des traces de pesticides et de polluants plastiques dans les cheveux de chimpanzés vivant au cœur de la forêt ougandaise


Posté

Mettre à jour

Article écrit par

VIDÉO.  Des traces de pesticides et de polluants plastiques dans les cheveux de chimpanzés vivant au cœur de la forêt ougandaise

Les chimpanzés, déjà contaminés par du maïs traité avec des produits phytosanitaires dangereux, sont aujourd’hui victimes d’une autre pollution. Des bouteilles en plastique sur le bord des routes sont soupçonnées d’en être la cause… Extrait du magazine « 13h15 le samedi » du 15 janvier 2022.

La primatologue française Sabrina Krief se bat depuis plus de vingt ans pour préserver une communauté de chimpanzés dans la forêt tropicale ougandaise. Ce jour-là, accompagnée d’un spécialiste des perturbateurs endocriniens, elle place des capteurs d’air le long de la nouvelle route qui traverse la réserve naturelle. Le vétérinaire formé souhaite collecter les polluants des gaz d’échappement suspectés dans les malformations des primates.

Les gardes recrutés pour cette mission veilleront jour et nuit sur ces précieux échantillons. Et plusieurs mois après l’installation du dispositif, les capteurs ont parlé : la pollution routière est trop faible pour être responsable des malformations… mais la route serait à l’origine d’une autre pollution, plus inattendue. Et c’est en récoltant soixante-dix poils dans les nids de chimpanzés que le scientifique, professeur à Muséum National d’Histoire Naturelle, a fait une troublante découverte…

« On retrouve du bisphénol A et du bisphénol S »

L’analyse des échantillons révèle une pollution plastique. En cause, les bouteilles qui jonchent le bord de la route. L’équipe de ce titulaire d’un doctorat en écologie et chimie des substances naturelles ramassé 5 000 sur cinq kilomètres! « Dans ces cheveux, on retrouve du bisphénol A et du bisphénol S, une des traces des polluants plastiques », explique au magazine « 13h15 le samedi » (replay) celle qui a lancé, avec son mari le photographe Jean-Michel Krief, la Projet de conservation des grands singes (PCGS).

« C’est encore un mystère pour nous… note-t-elle. Les chimpanzés mangent souvent le long de la route, car ils sont attirés par ces zones herbeuses. Et même s’ils aiment surtout les fruits, ils mangent aussi cette herbe au sol, qui peut être contaminée par des bouteilles en plastique. C’est assez incroyable de penser que les chimpanzés sont exposés au cœur de la forêt tropicale, non seulement aux pesticides mais aussi à une pollution plastique qu’on n’aurait jamais pensé atteindre au cœur de cette forêt.  » Dans ce lieu qui semblait préservé, la présence de l’homme est devenue une menace pour les chimpanzés.

> Les rediffusions des magazines d’information de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines ».



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.