Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

Victor Wembanyama très discret lors de la nouvelle défaite des Spurs face aux Clippers (124-99)


Nouveau jour, nouvelle défaite pour les Spurs. Neuvième défaite consécutive pour les hommes de Gregg Popovich, dépassés dans tous les secteurs du jeu par des Clippers assidus et débordants d’envie. Victor Wembanyama n’a pas réalisé un grand match, avec seulement 9 points et 4/12 tirs. On sentait que le Français était un peu fatigué. Et le contexte collectif n’arrange pas les choses.

Que dire ? Ces Spurs n’ont pas grand-chose à offrir. Ce soir, ils ont encore pris un coup contre les Clippers, à San Antonio, sans montrer d’étincelle particulière dans le jeu, et la moindre lumière nous aurait fait plaisir. Peut-être que nous sommes stupides, car Keldon Johnson (22 points) et Cedi Osman (17 points) ont proposé de grandes choses. Mais des « choses » individuelles. Parce que collectivement, il n’y a jamais eu de fête.

Victor Wembanyama s’est davantage fait remarquer par ses deux contre-attaques infligées respectivement à James Harden et Russell Westbrook que par son apport offensif. Le Français semblait parfois réservé, comme fatigué. Dans le même temps, Kawhi Leonard a pris soin de lui et malgré la colère réservée par le public local à son arrivée sur le terrain, le garçon s’est remarquablement bien comporté en défendant le rookie des Spurs. Servi à côté, ayant du mal à se positionner au poste bas, Vic’ n’a eu aucune influence sur le match. Ramesse s’est même permis de lui proposer un petit cours de danse. À la fin, Wemby a terminé avec 9 points, 3 rebonds, 4 passes décisives, 2 contres à 4/12 aux tirs. Une soirée sans histoire, la première avec moins de 10 points depuis le début de la saison.

Durcir SHAKE 🥶🥶🥶 pic.twitter.com/qA0qjk83Xf

—TrashTalk (@TrashTalk_fr) 21 novembre 2023

Un match faible dès le début de la seconde mi-temps, un match dont on voulait voir la fin très bientôt. Parce que les Spurs n’ont pas de repères, parce que rien ne va trop bien et malgré les propos d’un Gregg Popovich optimiste après le match, il n’y a aucune raison d’être satisfait. L’absence de Devin Vassell est certes préjudiciable, mais elle ne constitue pas un obstacle – sur le papier – à l’exécution de mouvements collectifs. Physiquement, San Antonio a souffert de la loi des Clippers. Paul George a mené l’offensive de Los Angeles (28 points).

Malgré la défaite, Gregg Popovich s’est dit satisfait de la performance de ses joueurs. Il a salué leur compétitivité et leur exécution.

«Je vais bien dormir», dit-il.

– Benjamin Moubèche (@BenjaminMoubech) 21 novembre 2023

Victor semble physiquement pire. On l’a vu résister au contact, forcer les tirs extérieurs sans chercher à rapprocher le ballon du cercle. On ne trouve pas plus d’excuses qu’un cruel manque de motivation, plus collective qu’individuelle. Les neuf défaites consécutives sont sans doute un facteur qui n’aide pas à vouloir baisser les bras et, malgré toute la bonne volonté qu’on attribue facilement au natif de Chesnay-Rocquencourt, il est difficile de le faire avec un groupe qui fait naître le jeux très (trop) vite. Un groupe dont il fait partie, et un mal dont il est aussi responsable que ses compagnons. La réussite individuelle passe par une bonne santé collective. Le contraire se produit rarement. Prochain match dans deux jours contre les Clippers encore, même heure, même endroit.




Gn fr Sport

Eleon Lass

Eleanor - 28 years I have 5 years experience in journalism, and I care about news, celebrity news, technical news, as well as fashion, and was published in many international electronic magazines, and I live in Paris - France, and you can write to me: eleanor@newstoday.fr
Bouton retour en haut de la page