Nouvelles locales

Vélo. C’est enfin le tour des femmes !


« J’aurais aimé disputer ce nouveau Tour féminin », explique l’ancienne cycliste Marion Rousse devenue depuis directrice du Tour de France féminin. Mais ici ce ne sera pas à vélo que vous retrouverez le consultant de France 2 pour la Grande Boucle masculine, mais dans une belle voiture rouge tout au long de la semaine que durera cette première édition d’une énième formule.

Une bonne nouvelle pour un cyclisme féminin en plein essor

Marion fait en effet partie de cette « génération perdue » de coureurs qui n’ont jamais pu courir le Tour de France. Ancienne championne de France de cyclisme sur route, elle officiera du 24 au 31 juillet. Une bonne nouvelle pour le cyclisme féminin en plein essor. Mais tant pis, il a fallu des années pour qu’un événement dédié aux femmes s’installe de manière pérenne, et si d’autres éditions ont existé, celles-ci n’ont jamais réussi à perdurer dans le temps.

Une première version du Tour de France féminin est organisée en 1955 par Jean Leulliot. A l’époque, l’épreuve se composait de cinq étapes pour 41 femmes au départ – il y aura vingt-deux équipes composées chacune de six coureuses cette année. Pas de suite pour cette première tentative dans l’eau… Dans les années 1980, la Société du Tour de France décide à son tour d’introduire une nouvelle version. De 1984 à 1989, ce Tour féminin se déroule en lever de rideau de l’épreuve masculine. En 1989, Jean-Marie Leblanc, alors directeur du Tour de France, décide de mettre un terme à l’expérience. Disputée les mêmes jours que l’épreuve masculine et sur un parcours commun, le directeur du Tour explique : « Que l’épreuve est trop contraignante économiquement ». En 1990, cette épreuve change de date, de nom et de format et devient le Tour de la CEE Féminin. Il s’arrête en 1993.

Presque à la même époque, une nouvelle manifestation organisée par Pierre Boué voit le jour en août. Initialement appelé Tour Cycliste Féminin car l’utilisation de la marque « Tour de France » est propriété de la Société du Tour de France (ASO), l’épreuve doit finalement changer de nom pour des raisons légales. C’est sous le label « Grande Boucle Féminine Internationale » que la course se déroule jusqu’en 2004. Faute de moyens financiers, la Grande Boucle est très vite remise en cause pour la mauvaise qualité de son organisation. Le peloton féminin lui reproche le choix d’hôtels de moindre qualité, les longs transferts entre étapes, les longs départs neutralisés et le non-paiement des primes de course. Fin de l’expérience jusqu’à aujourd’hui avec l’arrivée du Tour de France Féminin avec Zwift 2022.

Cependant, il faut comparer ce qui est comparable et ce n’est pas le cas quand on se mesure à ce qui se fait entre les hommes. Marion Rousse

Une semaine de course donc, mais pas trois comme pour les garçons, ce que le réalisateur justifie ainsi : « Sportivement parlant, les filles pourraient tenir trois semaines. Le Giro Donne est d’ailleurs un peu plus long que le Tour de France et compte déjà dix étapes. Cependant, il faut comparer ce qui est comparable et ce n’est pas le cas quand on se mesure à ce qui se fait entre les hommes. Dans les équipes masculines, il y a environ 30 coureurs. Ils peuvent donc se permettre d’envoyer des équipes sur plusieurs fronts. Dans les équipes féminines, il n’y a qu’une dizaine de coureuses. »

Une semaine de course dans les mêmes conditions que les hommes

Des explications d’autant plus justifiées que l’écosystème du cyclisme féminin n’est pas encore connu des hommes : « Alors il ne faut pas voir trop grand. Nous voulons être encore là dans 100 ans. Nous voulons donc commencer avec huit jours. Cependant, cette longue semaine se déroulera dans les mêmes conditions que les hommes, avec la caravane sur toutes les étapes, l’hébergement dans les mêmes conditions qu’eux. Et nous ne fermons pas la porte à une durée plus longue du Tour de France Féminin à l’avenir », poursuit Marion Rousse. Malgré la brièveté de cette nouvelle formule, il n’en demeure pas moins qu’elle pourrait créer des vocations : « Personnellement, je suis fière à l’idée que les petites filles seront sur le bord de la route en juillet pour voir rond. Elles pourront enfin s’identifier Moi, quand j’allais voir les étapes du Tour et que je m’entraînais le soir en refaisant la course, je m’identifiais à Robbie McEwen », conclut la directrice de ce Tour féminin.


Titre de l'icôneCalendrier des étapes du Tour de France Féminin
24 juillet : Paris Tour Eiffel-Champs-Elysées (82 km) ; 25 juillet : Meaux-Provins (135 km) ; 26 juillet : Reims-Epernay (133 km) ; 27 juillet : Troyes-Bar-sur-Aube (126 km) ; 28 juillet : Bar-le-Duc-Saint-Dié-des-Vosges (175 km) ; 29 juillet : Saint-Dié-des-Vosges-Rosheim (128 km) ; 30 juillet : étape Sélestat-Le Markstein (127 km) ; 31 juillet : Lure-La Super Planche des Belles Filles (123 km).

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page