Skip to content
Vaccimpôt : « Une idée intéressante, mais une application peu judicieuse », selon l’IEDM


La « taxe sur les vaccins » devrait reposer sur les principes de base de l’assurance privée, selon l’Institut économique de Montréal (IEDM).

• Lire aussi : Les médecins s’opposent à la taxe sur les personnes non vaccinées

• Lire aussi : Taxer les non-vaccinés : les futurs défis juridiques, selon les spécialistes

« L’idée du gouvernement Caquista de modéliser les contributions au système de santé selon certaines caractéristiques des individus n’est pas farfelue en soi », a déclaré le directeur des opérations et économiste à l’IEDM, Miguel Ouellette, dans un communiqué. Mercredi. Cependant, dans sa forme actuelle, ce format de cotisations nous paraît superficiel et peu judicieux. « 

Selon Ouellette, la contribution des non vaccinés devrait être basée sur des calculs de risque actuariel, comme le font les assureurs privés, plutôt que d’avoir un objectif punitif arbitraire. « Pour être cohérent, la facturation basée sur le risque devrait être largement appliquée à d’autres cas, par exemple les fumeurs ou les personnes pratiquant des sports extrêmes », a-t-il déclaré.

L’économiste mentionne également que certains pays européens, comme la Suisse, ont un mode de financement basé sur le paiement des primes d’assurance : leur niveau de revenu », a-t-il expliqué.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.