Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

une nouvelle mesure de défiscalisation pour les éleveurs


La mesure coûtera plusieurs dizaines de millions d’euros selon Bercy. BERTRAND GUAY / AFP

En marge du Sommet de l’élevage, Bruno Le Maire a annoncé ce vendredi une aide « jusqu’à 15 000 euros par exploitation » en soutien aux éleveurs.

Ne vous aliénez pas les agriculteurs. Tel semble être l’objectif du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, qui a annoncé ce vendredi une nouvelle mesure de défiscalisation en faveur des éleveurs. Pour rappel, ces derniers ont vu leurs impôts augmenter en raison de l’augmentation de la valeur de leur cheptel.

« Dans le budget 2024, une mesure exceptionnelle de soutien à l’élevage français prendra la forme d’une disposition de 150 euros par vache jusqu’à 15 000 euros par exploitation, soit cent vaches, afin de réduire la fiscalité des éleveurs qui résulte de l’augmentation des la valeur de leur stock», a indiqué Bruno Le Maire dans un entretien au quotidien régional La Montagne. « Il s’agit d’une demande forte du monde de l’élevage. En ces temps de pénurie budgétaire nous voulions quand même y accéder», a ajouté celui qui fut ministre de l’Agriculture de 2009 à 2012, avant une visite vendredi au Sommet de l’élevage de Cournon-d’Auvergne.

Lutte contre les réductions de troupeaux

Bercy estime le coût de la mesure à «quelques dizaines de millions d’euros« . Cette défiscalisation était réclamée par la FNSEA, syndicat agricole majoritaire qui souligne qu’avec l’inflation, la valeur comptable des vaches augmente, ce qui gonfle artificiellement le bénéfice imposable des exploitants. D’un point de vue comptable, les vaches sont « stock immobilisé« .

Cette mesure est également considérée comme un moyen de lutter contre la diminution du cheptel. Sans défiscalisation, »les éleveurs pourraient être tentés de vendre quelques vaches» de réduire leur impôt, ce qui risque d’entraîner une «perte de capacité de production», a souligné le président de la FNSEA Arnaud Rousseau mercredi lors d’une conférence de presse.


 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page