Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Une nouvelle étude révèle que les athlètes de sports de contact sont 68 fois plus susceptibles de développer un CTE

De nouvelles recherches prétendent avoir trouvé des « preuves concluantes » que les impacts répétitifs de la tête peuvent provoquer une maladie cérébrale dégénérative, les principales organisations sportives étant invitées à reconnaître l’analyse des meilleurs experts mondiaux.

Une équipe internationale d’experts a lancé un appel mondial pour que davantage d’efforts de prévention et d’atténuation de l’encéphalopathie traumatique chronique (CTE) soient déployés, en particulier pour les enfants.

Des chercheurs de l’Université d’Oxford Brookes et de 12 autres institutions universitaires ont produit l’étude, avec une analyse fournie par la Concussion Legacy Foundation UK.

Il a révélé que les banques de cerveaux du département américain de la Défense, de l’université de Boston-département américain des anciens combattants et de la Mayo Clinic ont toutes publié des études indépendantes montrant que les athlètes de sports de contact étaient au moins 68 fois plus susceptibles de développer un CTE que ceux qui n’en avaient pas. pratiquer n’importe quel sport de contact.

Le Dr Chris Nowinski, auteur principal de l’étude et directeur général de la Concussion Legacy Foundation, a déclaré: « Cette analyse innovante nous donne la plus grande confiance scientifique que les impacts répétés de la tête causent la CTE.

« Les instances dirigeantes du sport devraient reconnaître que les impacts à la tête causent la CTE et elles ne devraient pas induire le public en erreur sur la causalité de la CTE alors que les athlètes meurent et que les familles sont détruites par cette terrible maladie. »

Le Dr Adam J White, maître de conférences en sciences du sport et de l’entraînement à l’Université d’Oxford Brookes et directeur exécutif de la Concussion Legacy Foundation UK, a déclaré: « Cette analyse montre qu’il est temps d’inclure les impacts répétitifs de la tête et le CTE parmi d’autres efforts de sécurité des enfants comme le tabagisme, les coups de soleil et l’alcool.

« Les impacts répétitifs de la tête et les CTE méritent d’être reconnus dans le débat mondial sur la santé publique des troubles évitables causés par l’exposition des enfants à des sports de contact comme le football, le rugby, le hockey sur glace et autres. »

Le document de recherche, « Applying the Bradford Hill Criteria for Causation to Repetitive Head Impacts and Chronic Traumatic Encephalopathy », a été publié dans Frontiers in Neurology, et on espère qu’il pourra forcer les organisations sportives mondiales telles que la Fifa et World Rugby à reconnaître qu’il existe un lien de causalité entre le CTE et les impacts répétitifs à la tête.

Plus tôt ce mois-ci, la Football Association a annoncé qu’elle lancerait un essai pour supprimer l’en-tête dans certaines compétitions et ligues de base.

Le rugby, quant à lui, a vu un certain nombre de joueurs montrer des signes de démence précoce et lundi, le groupe de pression Progressive Rugby a déclaré qu’il finalisait une liste complète des exigences essentielles pour le bien-être des joueurs qu’il soumettrait à World Rugby et à la Rugby Football Union. .


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page