Skip to content
Une halle de technologie alimentaire en projet à l’agropole de Berk

Avec plus de 20 150 unités (26% des établissements industriels du pays), l’agro-industrie est le premier secteur manufacturier du Royaume.

Un volet stratégique prévu pour l’agropole de Berkane. Le ministère de l’Agriculture travaille à l’aménagement d’une halle technologique dédiée à la recherche et à l’innovation dans le secteur agroalimentaire. La future plateforme soutiendra l’innovation et développera le transfert de connaissances et de techniques, notamment par la recherche pour la mise à l’échelle des produits et procédés développés et l’innovation pour le développement des procédés de fabrication et la production de tests expérimentaux et semi-industriels.

Les infrastructures dédiées à la recherche et à l’innovation en agro-industrie à l’agropole de Berkane doivent être renforcées. Le ministère de l’Agriculture travaille en effet sur les études d’impact environnemental d’un projet de halle des technologies alimentaires à développer au sein du futur centre d’innovation de l’agropole. La plateforme aura pour mission d’accompagner l’innovation et de développer le transfert de connaissances et de techniques, notamment par la recherche pour la mise à l’échelle des produits et procédés développés et l’innovation comme accompagnement des industriels et start-up incubées pour le développement de procédés de fabrication mais aussi pour réalisation d’essais expérimentaux et semi-industriels.

La salle abritera 6 ateliers
La halle prendra la forme d’un bâtiment de type industriel, composé de 6 ateliers indépendants et communicants. Il abritera ainsi un atelier de transformation de fruits et légumes qui se concentrera sur la production de jus, confitures, marmelades, chips, frites mi-cuites, frites surgelées, zestes d’agrumes, etc. Un autre se spécialisera dans la transformation des olives pour la production de olives de table et huile d’olive. La transformation des produits carnés pour la production de boucherie et de charcuterie sera également la spécialité du troisième atelier. Quant aux trois dernières, elles se spécialiseront respectivement dans la transformation des amandes et de la caroube, des plantes aromatiques et médicinales et du contrôle qualité.
La plateforme fera appel à plusieurs technologies dont la concentration et le séchage, les traitements thermiques (stérilisation par autoclave, échangeurs à plaques, ohmiques, micro-ondes, fours polyvalents, etc.), les traitements frigorifiques, l’extraction et le conditionnement. Il abritera également des mini-chaînes de process pour la fabrication de produits cuits et surgelés, le stockage longue durée et la transformation d’amandes et de plantes aromatiques et médicinales.

Rappelons que dans le cadre du programme de renforcement des filières agroalimentaires, financé par la Banque mondiale, il est prévu de consolider les services de développement commercial et d’appui technique au secteur agroalimentaire, à travers le financement de la conception, la création et l’exploitation de deux centres d’innovation agroalimentaire. Le premier est à développer dans l’agropole de Berkane et le second au niveau de celui de Fès-Meknès. Ces centres offriront une gamme de services techniques et de développement commercial, y compris des services d’incubation, aux PME agro-industrielles, aux start-up agro-industrielles et aux organisations de producteurs agricoles souhaitant se lancer dans la première transformation ou la création de valeur ajoutée. Le centre d’innovation de l’agropole de Berkane se concentrera principalement sur les agrumes, l’olive, les fruits et légumes transformés, les viandes rouges et les produits de niche.

Un secteur moteur
L’industrie agro-alimentaire est l’un des secteurs moteurs de l’économie du Royaume. Elle représente 27 % de la production industrielle totale du pays. Avec plus de 20 150 unités (26 % des établissements industriels du pays), l’agro-industrie est le premier secteur manufacturier du pays. Il joue également un rôle important dans le renforcement de la sécurité alimentaire nationale, la création d’emplois et les entrées de devises par le biais des exportations. Ainsi, la production marocaine couvre 100% des besoins en viande, fruits et légumes, 82% lait, 50% sucre, 60% céréales et 20% huiles. nSaïd Naoumi

if (d.getElementById(id)) return;

js = d.createElement(s); js.id = id;

js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.0";

fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);

}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));

lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.