Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

« Une fête pour les personnes en situation de précarité »


« Notre expérience synodale dans le diocèse de Rouen nous a amenés à porter une attention particulière aux plus pauvres. Trop de gens nous reprochent à juste titre de ne pas être assez sur le terrain. Et beaucoup ont du mal à entrer dans une église. Ils n’y sont pas toujours bien accueillis, et il faut reconnaître que nous n’aimons pas forcément quelqu’un qui n’a pas l’habitude de déranger nos liturgies. Nous devons changer tout cela, et nous devons être attentifs et rapporter les propos des personnes en situation de précarité.

C’est le sens de la fête de la fraternité que nous organisons ce samedi 11 juin, avec des associations qui ont un réel savoir-faire, comme les Conférences Saint-Vincent-de-Paul, le Secours Catholique, l’aumônerie de rue, le centre d’écoute de la cathédrale , les Amis de Lourdes, l’association humanitaire Shma, la Maison Béthanie… L’important est d’être tous ensemble. Nous nous sommes connus grâce à l’expérience synodale, et l’organisation de cette fête est une façon de continuer le processus.

L’objectif est de passer un moment convivial, festif et fraternel. Nous organisons la fête de la fraternité sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Rouen afin de ne pas forcer les gens à entrer dans l’église, et d’être dans la rue, avec tout le monde. Chaque association fera une petite animation. D’anciens prisonniers exécuteront un tour de magie, il y aura de la danse, des chants, des lectures de poésie et des conteurs de la Bible. Le tout durera une heure et demie, de 16h30 à 18h.

Ces derniers temps, c’est plus compliqué d’être présent auprès des sans-abri, car nous sommes de moins en moins nombreux et de plus en plus vieillissants. Depuis quelques années, nous n’avons plus de délégué épiscopal au service diocésain de solidarité. Aujourd’hui, il est possible de venir à la messe et de repartir sans que personne ne vous adresse la parole. C’est effrayant ! Nous vivons chacun notre vie sans nous demander ce que vit celui d’à côté. Nous sommes dans un entre-deux.

Je pense qu’il faut être là encore pour accueillir les gens à l’église et faire attention aux personnes présentes à la messe ainsi qu’à celles qui vont chercher de la nourriture devant l’église, et aller encore plus loin que la place. Cette célébration de la fraternité, je voudrais qu’elle soit un format à réajuster ailleurs dans le diocèse, et même plus loin. Il y a peu de chance que des personnes précaires de la rive gauche de Rouen viennent à nous pour nous rencontrer. Nous devons travailler ensemble pour permettre à cette action de s’élargir. »

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page