Nouvelles

Une carte de sortie de prison gratuite pour les terroristes iraniens


La Belgique agite le drapeau blanc sur le terrorisme. Cette semaine, le Parlement du pays a voté pour ratifier un traité avec Téhéran qui permettra aux Iraniens reconnus coupables de crimes en Belgique de purger leur peine en Iran et vice versa. Mais le traité permet également à chaque partie d’accorder l’amnistie, et il ne fait guère de doute que Téhéran libérera ses terroristes désormais bloqués dans les prisons belges.

L’un d’eux est Assadolah Assadi, qui était un diplomate accrédité basé à Vienne lorsqu’il a orchestré un complot terroriste effronté. En 2018, les autorités belges, françaises et allemandes ont arrêté plusieurs agents du ministère iranien des Renseignements, dont M. Assadi, qui prévoyait de faire exploser un rassemblement politique à Paris. Si l’attaque avait réussi contre Maryam Radjavi, la dirigeante du Conseil national de la Résistance iranienne, elle aurait tué des dizaines de civils innocents, y compris peut-être des personnalités occidentales qui devaient prendre la parole, dont l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, ancien Canadien Le premier ministre Stephen Harper et l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Bill Richardson.


wj en

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page