Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Un premier Noël au Québec pour les familles ukrainiennes


C’est le cas de la famille d’Andrii Gnatiuk et de son épouse Liubov, installés à Rouyn-Noranda avec leurs 11 enfants et 4 autres membres de leur famille et qui habitent à 17 ans une maison qui leur est prêtée temporairement.

D’abord passée par la Pologne après le début de la guerre, la famille Gnatiuk reçoit un accueil chaleureux en Abitibi-Témiscamingue et retrouve le sens de l’entraide que les horreurs de la guerre avaient détruit.

Lorsque la guerre en Ukraine a éclaté, les gens se sont éloignés les uns des autres à cause du stress. Tout le monde était seul. Nous avions perdu ce sens de l’unité. Lorsque nous sommes arrivés en Pologne, plusieurs personnes nous ont aidés et il en a été de même lorsque nous sommes arrivés au Canada. Ce sentiment d’unité est revenuexprime Andrii Gnatiuk.

Andrii Gnatiuk se dit reconnaissant de l’accueil reçu par sa famille en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Il souligne qu’en plus des nombreuses personnes impliquées bénévolement dans l’accueil et l’intégration des réfugiés ukrainiens en Abitibi-Témiscamingue, le Centre Chrétien Évangélique de Rouyn-Noranda a également été d’un grand soutien pour faciliter l’installation de la famille.

Quand nous sommes arrivés, nous avions déjà tous les meubles. Nous avions des serviettes, des chaussettes, un tas de vêtements. Les membres de l’église prenaient nos serviettes tous les trois jours pour les laver pour nous. Nous avions tout ce dont nous avions besoindit M. Gnatiuk.

Après quatre mois au Québec, Andrii et Liubov Gnatiuk sont maintenant capables de communiquer quelques idées dans la langue de Molière, eux qui suivent plusieurs cours de francisation par semaine.

Trois enfants jouent au Lego dans un couloir.

Andrii Gnatiuk explique que le partage et le compromis font partie du quotidien d’un foyer de 17 personnes.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Pour leurs enfants, l’intégration et la francisation se font encore plus rapidement, en grande partie grâce à l’école.

» Les enfants se sont très vite intégrés. Pour eux, l’école est un plaisir. Tout notre voyage de l’Ukraine à la Pologne au Canada est une grande aventure pour eux. »

Une citation de Andrii Gnatiuk

Fêtez Noël comme les Québécois

Résidant dans une maison située en bordure du lac Osisko, la famille Gnatiuk a pu rapidement se familiariser avec le sport national canadien. Dès que la glace fut assez épaisse, une patinoire fut aménagée sur le lac avec l’aide des voisins.

Des enfants jouent au hockey sur le lac Osisko.

Les enfants de la famille Gnatiuk ont ​​pu s’initier au hockey à Rouyn-Noranda.

Photo: Dominique Leclerc

Soulignant que plusieurs de ses enfants n’avaient jamais mis les pieds sur une patinoire à l’époque, M. Gnatiuk s’est précipité à la Ressourcerie Bernard-Hamel, une friperie, pour mettre la main sur un minimum d’équipement.

J’ai acheté quatre vieux bâtons, je les ai restaurés avec du ruban adhésif, j’ai acheté trois rondelles et nous avons fait un tournoiaffirme fièrement le père de famille.

À l’approche de Noël, Andrii souligne les différences entre les traditions québécoise et ukrainienne pour le temps des fêtes et ajoute que sa famille souhaite célébrer cette année à la manière de ses nouveaux concitoyens.

La célébration de Noël est un peu différente ici qu’en Ukraine. Alors on veut savoir comment c’est souligné ici pour faire la fête comme les Québécois. J’ai hâte de vivre les vacances avec ma familleil se confie.

Se mêler à une famille québécoise pour mieux s’intégrer

Pour Alla Nesterova et Dmytro Nesterov, arrivés au Québec avec leur fils Matvii en juillet, vivre dans la même maison qu’une famille québécoise est un avantage indéniable dans leur processus d’intégration.

Chaque jour, ils améliorent leur français en conversant avec leurs hôtes, Sylvain Bergeron et Sandra Ethier.

Cinq personnes posent devant un aéroport.

Sylvain Bergeron et Sandra Ethier sont allés accueillir Alla, Dmytro et Matvii à l’aéroport de Toronto en juillet dernier.

Photo: courtoisie

Cette cohabitation leur permet également de relever plus facilement les défis auxquels sont confrontés les nouveaux arrivants au Canada, dont les nombreuses formalités administratives.

Alla et Dmytro ont trouvé un travail, le premier comme esthéticienne, le second comme mécanicien. Leur fils Matvii s’est également adapté rapidement à l’école.

Vivant au bord d’un lac, Dmytro a déjà eu plusieurs occasions de mettre à l’épreuve ses talents de pêcheur dans les eaux de l’Abitibi.

Un père tenant un poisson et son fils devant un lac

Dmytro et son fils Matvii, deux passionnés de pêche, peuvent continuer à pratiquer leur passion en Abitibi-Témiscamingue.

Photo: courtoisie

Nous aimons vraiment la belle nature qui nous entoure. Regardez la belle forêt et la fenêtre qui donne sur le lac. Mon mari aime la pêche. Ce fut une agréable surprise pour lui lorsqu’il vit le lac près de la maison. Chaque jour, quand il avait le temps, il allait pêcher. Maintenant que le lac est gelé, il attend d’aménager une cabane pour la pêche blanche.dit Alla Nesterova.

Considérés par Sylvain et Sandra comme des membres à part entière de leur famille, Dmytro, Alla et Matvii se rendront à Ottawa pour célébrer Noël avec la famille élargie de leurs hôtes.

Trois personnes à côté d'un arbre de Noël.

Dmytro, Alla et Matvii vivront leur premier Noël au Québec, dans la famille de leurs hôtes Sylvain et Sandra.

Photo: courtoisie

Communications difficiles avec l’Ukraine

Bien que ces projets soient gratifiants pour elle, Alla Nesterova ne peut s’empêcher de penser régulièrement à ses proches restés en Ukraine. Elle prévoit communiquer avec eux le plus souvent possible pendant la période des fêtes.

Tous nos proches sont restés en Ukraine. Ma mère, ma sœur, mon frère, mon grand-père et plusieurs amis et connaissances. Les parents de Dmytro sont toujours en Ukraine et ils sont avec ma famille. Ils sont en territoire relativement sûr lorsqu’il n’y a pas de panne de courant. On peut faire des appels vidéo plusieurs fois par semaine, mais il y a de gros problèmes d’électricité en Ukraine. Il peut ne pas y avoir d’électricité pendant trois ou quatre jours, ce qui entraîne d’importants problèmes de communicationelle explique.

Alla Nesterova devant un sapin de Noël

Alla Nesterova

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Pour Noël, le plus grand souhait de Mme Nesterova est de voir la paix restaurée dans son pays d’origine.

» En ce moment, mon plus grand rêve est que la guerre se termine et que tout le monde soit en sécurité. Mon deuxième souhait est d’apprendre le français le plus rapidement possible. C’est vraiment important pour moi. »

Une citation de Alla Nesterova

Bâtir votre avenir au Québec

Arrivée au Canada le 20 août dernier, Tamara Serhiieeva s’est installée à Val-d’Or avec ses deux enfants, dans la famille de Jasmin Vallières et Mélanie Breton.

Deux familles réunies à l'aéroport.

La famille de Jasmin Vallières est allée accueillir celle de Tamara Serhieieva à l’aéroport en août dernier.

Photo: courtoisie

Celui qui fut professeur de littérature en Ukraine est aussi d’avis que l’intégration est facilitée par la cohabitation avec une famille québécoise.

» Notre intégration au Québec va très vite parce que nous recevons beaucoup d’aide et beaucoup d’attention. Nous avons déjà beaucoup d’amis canadiens qui parlent avec moi et mes enfants. Cela aide beaucoup. »

Une citation de Tamara Serhieva

Alors que son fils Nazar commence à s’intéresser au hockey, sa fille Tamara a commencé à pratiquer le judo, en plus de s’inscrire à des cours de cuisine.

De son côté, Tamara continue d’apprendre le français de manière intensive. Elle prévoit d’utiliser sa maîtrise de la langue locale pour décrocher un bon emploi.

Tamara et son garçon sourient devant un sapin de Noël et des cadeaux.

Tamara Serhiieeva avec son fils Nazar.

Photo: courtoisie

Comme Andrii Gnatiuk et Alla Nesterova, c’est au Québec que Tamara Serhieieva envisage l’avenir de sa famille.

Je veux rester ici, à Val-d’Or, parce que c’est un très bel endroit pour moi et mes enfants. Je veux donner un bon avenir à mes enfants et je veux rester ici parce que je crois que l’avenir est meilleur qu’en Ukraine. Oui, j’aurai envie d’y retourner [en Ukraine], mais ce sera en tant que visiteur. Mon plan pour l’avenir est de rester au Canada et de travailler au Canadadit celui qui aimerait travailler dans le domaine de l’éducation de la petite enfance.

» Je veux protéger mes enfants. Ici, il n’y a pas de danger, c’est ce qui m’importe le plus. Cependant, mon cœur reste en Ukraine, et pour Noël, ce que j’aimerais vraiment, c’est que la guerre se termine dans mon pays natal. »

Une citation de Tamara Serhieva

Cette première saison des fêtes dans la belle province, c’est avec leur nouvelle famille, ceux qui les ont accueillis à bras ouverts, que Tamara et ses enfants vont la fêter.

Nous avons beaucoup de projets, mais le plus important pour nous est d’être avec notre famille, la grande famille de Jasmin et Mélanie. Ils sont comme notre famille, et notre plan pour Noël est de célébrer avec eux.conclut-elle.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page