Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europe

Un peu moins de 16 000 mandats d’arrêt européens émis en 2020

Près de 16 000 mandats d’arrêt européens ont été émis en 2020, contre un peu plus de 20 000 en 2019, selon un document de la Commission européenne.

Les mandats permettent aux autorités des 27 États de l’UE d’extrader des personnes recherchées pour des délits passibles d’une peine maximale d’au moins un an de prison.

Elle peut également être prononcée pour une peine privative de liberté ou un mandat de dépôt lorsque la personne recherchée a été condamnée à au moins quatre mois de prison.

Les 16 000 couvrent tout, des poursuites aux ordonnances de remise pour être jugés ou purger une peine de prison dans un autre État de l’UE.

Les mandats ont été délivrés dans le passé pour des délits mineurs, notamment faire du vélo en état d’ébriété, ou pour la persécution politique d’hommes politiques catalans.

Plus d’une centaine de ces demandes ont été refusées en 2020 et principalement par l’Allemagne en raison de problèmes liés aux droits fondamentaux.

Mais les dernières statistiques donnent également un aperçu de la manière dont les États de l’UE traitent ou émettent ces demandes et à quelles fins.

Tous les États de l’UE n’ont pas fourni de chiffres, de sorte que les points de données suivants ne sont pas entièrement concluants.

Cependant, avec les chiffres qui ont été donnés, le vol et les dommages-intérêts criminels figurent en tête de liste des infractions avec près de 3 000 mandats délivrés.

Viennent ensuite les délits liés à la drogue (1 508) et à la fraude et à la corruption (1 154). La Pologne est également en tête de liste avec 679 mandats liés à des vols et à des infractions pénales.

Au bas de l’échelle, les mandats pour contrefaçon de l’euro n’ont conduit qu’à 23 mandats, suivis de 103 pour armes à feu/explosifs puis de 224 pour traite des êtres humains.

La Roumanie a émis le plus grand nombre de mandats pour traite des êtres humains avec 93, suivie de la France (61) et de la Belgique (39).

Les infractions de terrorisme ont fait l’objet de 178 mandats d’arrêt, la plupart délivrés par la France.

Au total, quelque 6 152 arrestations ont été effectuées en 2020, à la suite des mandats. L’Allemagne est en tête de liste avec 1 605, suivie des Pays-Bas (719) et de l’Espagne (699).

Quelque 7 000 procédures de remise ont également été initiées en 2020. Ces procédures apportent des éclairages supplémentaires.

Un peu plus de la moitié ont consenti à leur remise avec une durée moyenne de procédure de 44 jours après l’arrestation, contre seulement 16 jours en 2019.

Cela pose un certain nombre de problèmes, notamment en Grèce où la durée moyenne était de 521 jours. À titre de comparaison, le Luxembourg a pris un jour, Malte deux jours et la Slovénie environ 4,5 jours sur la même période.

Pour ceux qui ont refusé de consentir, la procédure a duré environ 111 jours, contre environ 55 en 2019.

La Grèce est à nouveau en tête de liste avec une moyenne de plus de 900 jours, contre seulement environ 49 en 2019. En comparaison, le Luxembourg a pris 15 jours, Malte 18 jours et l’Espagne et la Roumanie 20 jours.

euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page