Nouvelles locales

Un mécanicien montréalais accusé d’avoir trafiqué des compteurs kilométriques


Un mécanicien montréalais malhonnête qui a reculé des odomètres avant de les vendre doit immédiatement cesser ses activités commerciales suite à une injonction émise il y a quelques jours par la Cour supérieure.

Le 3 août, la Cour supérieure a émis une injonction permanente ordonnant à Farih Solemani et à l’entreprise Auto Farih de cesser de faire le commerce de véhicules routiers sans le permis requis par la Loi sur la protection du consommateur, de cesser de « prétendre faussement que les véhicules routiers ont un kilométrage qu’ils n’ont pas ». ont ».

Le 9 mars, le vice-président de l’Office de la protection des consommateurs (OPC) a annulé la licence de commerçant de véhicules routiers qui avait été délivrée à Auto Farih « parce que l’entreprise n’était plus en mesure d’exercer ses activités commerciales de manière honnête et compétente ».

Deux mois plus tard, 31 chefs d’accusation ont été signifiés à M. Solemani et Auto Farih, pour avoir remplacé les odomètres sans les ajuster pour indiquer le kilométrage réel, pour avoir utilisé des contrats non conformes lors de la vente de véhicules et pour avoir omis d’apposer l’étiquette sur verre au contrat.

« Le non-respect d’une telle injonction constitue un outrage à magistrat, passible d’une peine d’emprisonnement », a rappelé l’OPC.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page