Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Un maître-chien de sang peut sauver votre partie


Lors de la chasse au gros gibier, il peut arriver qu’un animal, même mortellement blessé, s’enfuie et se cache. Même si un orignal est gros, s’il décide de se cacher, vous ne pourrez peut-être pas le trouver. À ce moment-là, l’arrivée d’un maître-chien de sang peut faire la différence.

«J’ai toujours préconisé l’utilisation d’un chien de sang pour rechercher le gros gibier en forêt», explique Simon Lemay, propriétaire de la pourvoirie Le Chasseur. Je crois qu’une fois que les chasseurs ont cherché et n’ont rien trouvé, ils devraient toujours recourir aux services d’un maître et d’un chien. »

Ce dernier a récemment eu un bel exemple d’animal blessé qui n’a pas été retrouvé, lorsqu’il a découvert un crâne d’orignal et que le panache était toujours en place.

« Normalement, un orignal qui meurt en hiver, par exemple, n’aura plus ses bois. Pour moi, ce que j’ai trouvé, ce sont les restes d’un animal victime d’une blessure de chasse et qui n’a jamais été retrouvé. Pour le chasseur impliqué, son histoire a dû se terminer par une fusillade et la disparition de l’animal. S’il avait fait appel à un maître-chien de sang, il est fort probable qu’il aurait retrouvé l’animal», explique Simon Lemay.

Les maîtres-chiens et leurs chiens spécialement dressés sont de vrais professionnels.

« Pour former un chien de sang capable de mener des recherches, il y a plusieurs étapes », poursuit l’expert. Il faut commencer dès qu’il est très jeune, avec un chien d’une race dressée de longue date à cet usage. On l’entraîne avec des petites traînées, avec un morceau de peau d’orignal. Lorsqu’il le trouve, il est félicité. Nous augmenterons la traînée jusqu’à ce qu’il soit capable de suivre le parcours sur une distance d’un kilomètre. Le sentier est réalisé avec un morceau de peau d’orignal et 250 ml de sang vieilli pendant 24 heures. Tout cela dans le but d’offrir aux chasseurs le rendement maximum lors de la recherche. »

PAS BESOIN DE SANG

Normalement, lorsque nous effectuons une fouille, nous nous appuyons sur des taches de sang. Le chien n’a pas forcément besoin de cet élément pour retrouver la bête.

« Un animal blessé laisse des traces que les humains ne peuvent pas détecter. Le chien n’a pas besoin de sang, car il suivra plutôt un animal blessé. Il peut certes s’agir de sang, mais souvent, lorsque l’animal est touché ailleurs, comme dans le rumen, le chien va suivre ce qu’on appelle le chemin ou le passage de l’animal blessé. Il détectera le stress laissé au sol par les traces de l’animal. De plus, l’animal blessé va libérer un stress que les chiens pourront flairer sans problème. Le chien suit le chemin de l’animal blessé. Les chiens utilisés sont des descendants de lignées dressées pour ce travail. »

Encore une recherche réussie pour Simon Lemay et son fidèle compagnon Maurice.

Photo fournie par Simon Lemay

Un point très important pour ce pourvoyeur chevronné est la qualité du cliché.

« Le chasseur doit très bien régler son arme avant de chasser. Il faut aussi que lorsqu’un chasseur a abattu un animal, il aille voir ce qui arrive à cet animal et ne dise pas simplement qu’il l’a raté. C’est ce que je pratique à la pourvoirie. Le conducteur, selon le comportement du chien, pourra déterminer rapidement s’il y a eu une blessure. »

« Dans 50 % des cas où je fais un contrôle de tir, pour savoir où le chasseur a tiré, il y a une blessure, même si le chasseur n’a aucune idée. Je trouve la bête. »


Cabane 19 octobre 2023

Même lorsque le gibier tombe à l’eau, le chien de sang ne perdra pas ses moyens. Il le trouvera.

Photo fournie par Simon Lemay

Il arrive souvent qu’un chasseur se méprenne sur l’endroit où il a tiré. Le chien trouvera l’emplacement exact, simplement en respirant le vent. Il ne faut pas toujours se fier à l’image qui apparaît dans le télescope. Dans la mesure du possible, retenez les indices autour du site où se trouvait votre gibier, orignal ou cerf.

PRÉPARER

Avant de partir à la chasse, il est préférable de bien vous préparer au cas où vous auriez besoin d’un maître limier pour une recherche.

« Le chasseur doit se poser la question suivante : si jamais il a besoin d’un chauffeur, où fera-t-il appel et quel est le profil de ces professionnels dans son territoire de chasse ? Il suffit de vous rendre sur le site Internet de l’Association des maîtres-chiens de sang du Québec (accsq.com), où l’on retrouve la liste de tous les maîtres-chiens de sang par région. C’est la meilleure source d’information. Il est très important de savoir qui appeler en cas de besoin. Un chien de sang réussira à passer sur les traces laissées par les chasseurs lors de leurs recherches. Il faut faire attention à ne pas tomber sur des traces de sang, c’est sûr. »

journaldemontreal

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page