Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Un juge de New York suspend l’ordre de silence de Trump dans un procès pour fraude, invoquant la liberté d’expression | Donald Trump


Trump en procès

Le juge de première instance Arthur Engoron avait imposé le silence le mois dernier après que l’ancien président ait calomnié un greffier du tribunal.

Presse associée

jeu. 16 novembre 2023 16h27 HNE

Un juge de la cour d’appel de New York a suspendu jeudi une ordonnance de silence qui interdisait à Donald Trump de commenter les membres du personnel du tribunal lors de son procès pour fraude civile. Le juge de première instance avait imposé le silence le mois dernier et avait ensuite infligé à Trump une amende de 15 000 dollars pour violations après que l’ancien président avait publié un message désobligeant sur les réseaux sociaux à l’égard d’un greffier.

Dans sa décision, le juge David Friedman de la cour d’appel intermédiaire de l’État a évoqué des préoccupations constitutionnelles concernant la restriction de la liberté d’expression de Trump. Il a prononcé un sursis au silence, permettant à Trump de commenter librement le personnel du tribunal pendant qu’un processus d’appel plus long se déroule.

Les avocats de Trump ont intenté mercredi une action en justice contre le juge de première instance, Arthur Engoron, contestant l’ordonnance de silence, la qualifiant d’abus de pouvoir. Friedman a programmé une audience d’urgence jeudi après-midi autour d’une table de conférence dans un palais de justice d’appel de l’État, à quelques kilomètres du lieu où se déroule le procès.

Les avocats de Trump avaient demandé au juge d’appel d’abandonner le silence et les amendes imposées par le juge de première instance, après que l’ancien président et ses avocats eurent affirmé qu’un légiste exerçait une influence inappropriée.

Trump et ses avocats ont examiné à plusieurs reprises la légiste Allison Greenfield au cours du procès. Ils affirment que l’ancienne candidate démocrate à la justice est une voix partisane aux yeux du juge Engoron – bien qu’il soit également démocrate – et qu’elle joue un rôle trop important dans l’affaire impliquant l’ancien président républicain.

Engoron a répondu en défendant le rôle de Greenfield dans la salle d’audience, en ordonnant aux participants au procès de ne pas commenter le personnel du tribunal et en infligeant à Trump une amende totale de 15 000 dollars pour ce que le juge considérait comme des violations. Engoron a continué la semaine dernière en interdisant aux avocats chargés de l’affaire de commenter les « communications confidentielles » entre lui et son équipe.

Les avocats de Trump – qui, séparément, ont demandé l’annulation du procès mercredi – affirment que les ordonnances d’Engoron suppriment de manière inconstitutionnelle la liberté d’expression, et pas n’importe quelle liberté d’expression.

« Cette protection constitutionnelle atteint son apogée lorsque le discours en question est un discours politique essentiel, prononcé par le favori pour l’investiture républicaine à la présidentielle de 2024, concernant la partisanerie et la partialité perçues lors d’un procès où il est passible de centaines de millions de dollars de sanctions et la menace d’interdiction de ses activités commerciales légales dans l’État », ont-ils écrit dans un dossier judiciaire.

Gn En News

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page