Skip to content
Un détaillant allemand vendra ses activités en Russie après la rébellion de la direction


Le détaillant de bricolage allemand OBI va transférer sa chaîne russe dans la gestion fiduciaire pour être vendue plus tard, a rapporté mardi le quotidien économique Vedomosti. Cette décision fait suite à plusieurs semaines d’une confrontation ouverte entre la direction russe de la chaîne et la maison mère.

L’actionnaire majoritaire de la chaîne – la holding allemande OBI GmbH – a annoncé le 8 mars une suspension de ses activités en Russie, ainsi que des centaines d’autres sociétés étrangères qui ont décidé de partir au milieu des sanctions occidentales. La direction locale a défié la décision de la maison mère et les magasins sont restés ouverts pendant encore deux semaines.


Les services de gestion de la fiducie seront fournis par l’entrepreneur et propriétaire du cabinet de conseil Boris Lyuboshits, a déclaré Vedomosti. La chaîne sera ensuite transférée à un investisseur qui la développera au niveau national et très probablement s’éloignera progressivement de la marque OBI. Le profil économique et les emplois de l’entreprise seront préservés, indique le quotidien, citant ses sources. En tant que fiduciaire, Lyuboshits effectuera une diligence raisonnable sur le détaillant, vérifiera ses comptes, dressera un inventaire de ses actifs, puis élaborera un plan de développement stratégique et financier pour faire face aux pertes qui, selon l’agence d’études de marché INFOLine, s’élevaient à à environ 5 % de son chiffre d’affaires au cours des deux dernières années.

OBI est entré sur le marché russe en 2003, ouvrant 27 magasins à travers le pays. Selon le point de vente RBC, début mars, la chaîne employait près de 4 900 personnes, ce qui représentait 10 % de l’effectif total d’OBI dans le monde.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.