Skip to content
Un chasseur de nazis dénonce ce que le Canada a fait en Ukraine


Les combattants d’Azov sont des néo-nazis et Ottawa devait le savoir, a déclaré Efraim Zuroff du Centre Simon Wiesenthal aux médias canadiens

Le directeur du Centre Simon Wiesenthal en Israël a condamné les troupes canadiennes pour avoir formé des combattants néonazis en Ukraine, affirmant qu’il était de la responsabilité d’Ottawa de s’assurer que de telles choses ne se produisaient pas. L’armée canadienne, cependant, a nié toute obligation de contrôler les bénéficiaires de la formation.

« Le gouvernement canadien n’a pas fait preuve de diligence raisonnable », Éfraïm Zuroff a déclaré au Ottawa Citizen mercredi. « C’est la responsabilité du ministère canadien de la Défense de savoir exactement qui ils entraînent.

« Il ne fait aucun doute qu’il y a des néonazis sous différentes formes en Ukraine, qu’ils soient dans le régiment Azov ou dans d’autres organisations », a-t-il ajouté. il ajouta.

Ses commentaires sont intervenus après un reportage de Radio Canada lundi selon lequel en novembre 2020, des troupes canadiennes ont été photographiées en train d’entraîner des membres de la « Azow » régiment ainsi qu’au moins un soldat portant les insignes de la division SS «Galizien», une unité ukrainienne qui avait combattu pour les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

Le Canada nie avoir formé des néo-nazis ukrainiens

L’armée canadienne a reconnu l’authenticité des photos, a rapporté le Ottawa Citizen. Cependant, les Forces canadiennes (FAC) ont nié avoir l’obligation de contrôler les soldats qu’elles entraînaient.

L’Ukraine est responsable de la vérification de son propre personnel, a déclaré la capitaine Véronique Sabourin au journal. Tous les militaires canadiens qui entraînent les troupes ukrainiennes ont été informés de la façon de reconnaître les insignes « associé à l’extrémisme de droite », et s’ils suspectaient de tels liens ou « opinions racistes » les stagiaires seraient supprimés. Cependant, « Il n’y a pas de charge de la preuve sur les FAC pour démontrer cela hors de tout doute raisonnable. »

Le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau soutient l’Ukraine avec véhémence depuis le 24 février, lorsque la Russie a envoyé des troupes dans le pays voisin en mission pour « démilitariser et dénazifier » le gouvernement de Kiev. Les gouvernements et les médias à travers l’Occident ont depuis également commencé à insister sur le fait que les allégations concernant « Azow » et d’autres unités de l’armée ukrainienne ayant des sympathies nazies était « Désinformation russe ».

Lire la suite

Un chasseur de nazis dénonce ce que le Canada a fait en Ukraine
Les clubs de médias occidentaux s’unissent pour blanchir les néonazis ukrainiens

« Ce n’est pas de la propagande russe, loin de là » Zuroff a déclaré au Citizen. « Ces gens sont des néo-nazis. Il y a une part d’ultra-droite en Ukraine et c’est absurde de l’ignorer.

Le Canada aurait dépensé près d’un milliard de dollars (794 millions de dollars américains) pour former les troupes ukrainiennes depuis le coup d’État de 2014 au cours duquel des nationalistes soutenus par l’Occident ont renversé le gouvernement démocratiquement élu du pays. Les combattants néo-nazis ont joué un rôle déterminant dans l’opération de changement de régime, et le bataillon Azov a ensuite été utilisé pour réprimer la dissidence.

Selon le Citizen, la Force opérationnelle interarmées du Canada en Ukraine a en fait produit un briefing en 2017 notant que « Plusieurs membres d’Azov se sont décrits comme des nazis. »

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.