Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Trump se présentera en 2024, dit qu’il rendra l’Amérique grande et glorieuse, encore une fois

Publié le:

Un Donald Trump vantard et belliqueux a lancé mardi la course à la Maison Blanche de 2024, ouvrant la voie à une bataille meurtrière pour l’investiture républicaine. De nombreux piliers du parti, blessés par des gains modérés au cours des derniers mandats, ne veulent pas voir Trump porter les espoirs de droite dans le prochain combat présidentiel.

« Le retour de l’Amérique commence maintenant », a déclaré l’ancien président de 76 ans à des centaines de supporters réunis dans une salle de bal drapée de drapeaux dans sa somptueuse résidence de Mar-a-Lago en Floride.

« Afin de rendre l’Amérique à nouveau grande et glorieuse, j’annonce ce soir ma candidature à la présidence des États-Unis », a déclaré Trump, quelques minutes après avoir déposé les documents officiels pour sa troisième élection présidentielle.

L’entrée inhabituellement précoce de Trump dans la course est considérée à Washington comme une tentative de prendre le pas sur d’autres républicains cherchant à être le porte-drapeau du parti, et également de bloquer d’éventuelles accusations criminelles.

Dans un discours enflammé d’une heure, Trump a salué ses réalisations en tant que 45e président américain et a lancé des salves verbales contre le démocrate Joe Biden, qui l’a vaincu en 2020.

« Je veillerai à ce que Joe Biden ne reçoive pas quatre ans de plus », a promis Trump.

Trump, qui a été destitué pour avoir recherché des saletés politiques sur Biden depuis l’Ukraine et à nouveau après l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole par ses partisans, lance sa nouvelle offre avec plusieurs handicaps potentiels.

Situation juridique délicate

Il est la cible de multiples enquêtes sur sa conduite avant, pendant et après son premier mandat à la présidence, une situation judiciaire qui pourrait à terme entraîner sa disqualification.

Il s’agit notamment d’allégations de fraude par son entreprise familiale, de son rôle dans l’attaque du Capitole, de sa tentative d’annuler le résultat des élections de 2020 et de sa mise en cache de documents classifiés à Mar-a-Lago.

Les républicains de Trump pansent leurs blessures après des mi-parcours décevants, largement imputés à la sous-performance des candidats oints par Trump. Certaines personnalités du parti demandent ouvertement si Trump est la bonne personne pour porter les couleurs du parti la prochaine fois.

Plusieurs rivaux principaux possibles pour 2024 tournent autour, le principal étant le gouverneur de Floride Ron DeSantis, qui a remporté une victoire retentissante à la réélection le 8 novembre.

Pas de renard, pas de Facebook

Le puissant empire médiatique de Rupert Murdoch a déjà semblé tourner le dos à Trump, le qualifiant de « perdant » qui fait preuve d’un « jugement de plus en plus médiocre ».

Et Trump reste interdit par Facebook et Twitter, les réseaux sociaux qui ont contribué à son étourdissante ascension politique.

Dans son discours d’annonce, Trump a attaqué Biden sur l’inflation, la criminalité et l’immigration, s’est moqué du changement climatique et s’est félicité d’avoir renversé l’État islamique, de garder la Corée du Nord sous contrôle et de construire un mur frontalier avec le Mexique.

« Sous notre direction, nous étions une nation grande et glorieuse. Mais maintenant, nous sommes une nation en déclin », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas seulement une campagne, c’est une quête pour sauver notre pays. »

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page