Nouvelles du monde

Trois bébés chimpanzés ont été enlevés dans un sanctuaire en RD Congo. Maintenant leurs ravisseurs veulent une rançon


« C’est la première fois au monde que des bébés singes sont enlevés contre rançon », a déclaré vendredi à CNN Franck Chantereau, fondateur du sanctuaire où a eu lieu l’enlèvement.

Son sanctuaire, appelé Young Animals Confiscated in Katanga (en abrégé JACK en français), se trouve à Lubumbashi, près de la frontière entre la RDC et la Zambie, sur une route clé du Congo à l’Afrique du Sud par laquelle les singes sont passés en contrebande vers le reste du monde.

Des ravisseurs sont entrés par effraction dans le sanctuaire vers 3 heures du matin le 9 septembre, a déclaré Chantereau, et ont emporté trois des cinq bébés chimpanzés qu’il avait sauvés jusqu’à présent cette année – César, Hussein et Monga. Plus tard, il a trouvé les deux autres cachés dans la cuisine.

Une heure après le cambriolage, la femme de Chantereau a reçu trois messages et une vidéo des chimpanzés enlevés par les ravisseurs.

« Ils nous ont dit qu’ils avaient prévu de kidnapper mes enfants parce qu’ils étaient censés venir ici en vacances. Mais ils ne sont pas venus alors les ravisseurs ont pris ces trois bébés en otage et nous ont exigé une forte rançon », a déclaré Chantereau.

Les ravisseurs ont affirmé avoir drogué les chimpanzés et menacé de les blesser si Chantereau ne payait pas la rançon.

« Évidemment, il nous est impossible de payer la rançon », a déclaré Chantereau. « Non seulement on n’a pas l’argent, mais il faut comprendre que si on passe leur chemin, ils pourraient très bien recommencer dans deux mois, et en plus on n’a aucune garantie qu’ils nous rendront le bébé. »

Chantereau craignait également que cela n’ouvre la porte à d’autres enlèvements. « Il y a 23 sanctuaires à travers le continent qui font cela. Si nous payons la rançon, cela pourrait créer un précédent et cela pourrait donner des idées à d’autres, nous devons donc être extrêmement vigilants », a-t-il déclaré.

« Nous ne céderons pas à ce genre de demande », a déclaré vendredi à CNN Michel Koyakpa, conseiller média du ministre congolais de l’Environnement.

« (L’enlèvement) est inhumain et contre nature », a déclaré Koyakpa.

Les autorités enquêtent toujours et tentent d’identifier les ravisseurs, dans l’espoir de les retrouver dans les prochains jours ou semaines, selon Koyakpa.

L’enlèvement est « le premier du genre dans l’histoire de la RDC », a-t-il ajouté.

Ce n’est cependant pas la première fois que le sanctuaire de Chantereau est visé. Des mois après sa fondation en 2006, un groupe de personnes est entré par effraction pendant la nuit et a mis le feu au lieu de couchage des bébés chimpanzés, tuant deux des cinq qui s’y trouvaient à l’époque.

En septembre 2013, le centre éducatif du sanctuaire a été incendié, mais il n’y a pas eu de victimes, selon Chantereau.

Cela fait maintenant près de deux semaines que Chantereau n’a reçu aucune preuve des ravisseurs que les chimpanzés étaient toujours en vie, et il est inquiet.

Les chimpanzés de deux zoos tchèques se zooment tous les jours

« Nous ne pouvons pas reprendre notre vie quotidienne, nous sommes complètement dévastés », a-t-il déclaré.

Mais Chantereau a déclaré que l’enlèvement n’ébranlerait pas sa détermination à sauver les bébés chimpanzés des griffes des passeurs.

« Pour attraper les bébés, ils doivent tuer toute la famille dans la jungle, généralement entre 8 et 10 singes individuels, et beaucoup de bébés singes mourront avant d’atteindre leur destination finale », a déclaré Chantereau.

Selon Chantereau, bon nombre des acheteurs des bébés passés en contrebande sont des personnes fortunées qui souhaitent garder des animaux exotiques chez elles.

« Ils ne comprennent pas les conséquences de leurs actes car pour qu’un seul petit bébé arrive entre leurs mains, au moins 10 ont été tués », a-t-il déclaré.

C’est aussi dangereux, car les chimpanzés grandissent rapidement et un chimpanzé adulte peut tuer un humain adulte à mains nues.

Chantereau n’a pas d’espoir pour l’avenir. « Je sais que malheureusement cela (les enlèvements) se produira de plus en plus souvent », a-t-il déclaré.

« Tous ces animaux se font plus rares dans la forêt. Nous dans les sanctuaires, nous avons des animaux, ils sont en bonne santé. C’est clair que c’est beaucoup plus facile pour ces gens de nous attaquer. »


Cnn Eue En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page