Skip to content
Trois ans après le drame, la cause de l’incendie reste inconnue


La piste accidentelle est privilégiée, mais la piste criminelle ou celle de l’imprudence d’un fumeur ou d’un travailleur ne peut être totalement écartée, selon les enquêteurs.

Article écrit par

Posté

Mise à jour

Temps de lecture : 1 minute.

Trois ans après l’incendie de Notre-Dame, les enquêteurs tentent toujours de déterminer la cause de ce gigantesque sinistre qui a ravagé la cathédrale gothique, au centre de Paris.

En juin 2019, à l’issue de l’enquête préliminaire, le procureur de Paris, Rémy Heitz, avait annoncé privilégier la piste accidentelle, évoquant un mégot mal éteint ou un dysfonctionnement électrique, rien ne semblant accréditer la piste criminelle. Deux des cinq expertises ordonnées par les juges d’instruction ont à ce jour donné lieu au dépôt d’un rapport définitif, a appris France Télévisions de source judiciaire. Les autres opérations d’évaluation ne sont pas terminées.

« L’hypothèse d’une intervention humaine volontaire ou d’un dysfonctionnement électrique, si elles ne sont pas privilégiées, ne peut être totalement écartée avec certitude à ce stade »selon cette source. « Celles de l’imprudence d’un fumeur ou d’une imprudence de site en utilisant un outil générateur d’étincelles, notamment, restent également à l’étude.

Trois ans après le drame, la cause de l’incendie reste inconnue

En revanche, il ressort des investigations déjà réalisées que la zone de départ de feu est bien « celui initialement identifié lors de l’enquête préliminaire et a été affiné comme étant la sablière du mur de gouttière du chœur, à l’angle sud-est de la croisée du transept »; selon la même source, soit un élément en bois de la charpente. De nouvelles expertises des décombres ont été lancées et devraient durer encore plusieurs mois.



Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.