Bourse Entreprise

Trevali se dit pris au dépourvu par une averse qui a inondé la mine du Burkina


Bet Thiam Ndiaga et Anne Mimault

PERKOA, Burkina Faso, 13 mai (Reuters)Dirigeants de la société canadienne Trevali Mining Corp TV.TO a déclaré que la société a été prise au dépourvu par une averse torrentielle pendant la saison sèche le mois dernier au Burkina Faso qui a laissé huit hommes piégés sous terre dans sa mine de zinc de Perkoa.

Les efforts de sauvetage se poursuivent depuis l’inondation du 16 avril, mais il n’y a eu aucune communication avec les mineurs disparus et on ne sait pas s’il y en a qui ont survécu.

« Compte tenu de la saison sèche, nous ne nous attendons évidemment pas à de la pluie et nous avons eu une averse torrentielle absolue », a déclaré Hein Frey, vice-président des opérations chez Trevali, ajoutant que l’eau a traversé l’un de leurs ponts et a brisé les barrières de sécurité.

« Ce n’est pas seulement nous qui avons été touchés, ce sont aussi les communautés qui nous entourent qui sont touchées par des pluies complètement inattendues », a-t-il déclaré dans une interview à Reuters sur le site.

La société a immédiatement appelé à l’aide et le lendemain, d’autres sociétés minières du Burkina Faso avaient envoyé des équipes de secours et des pompes, a déclaré Frey. L’eau est toujours pompée hors de la mine.

Alors que la plupart des travailleurs ont pu évacuer en toute sécurité, les huit disparus se trouvaient sous le niveau 520, à 520 mètres (1 706 pieds) de la surface, au moment de l’inondation, a indiqué la société.

Il y a deux chambres de sécurité remplies de nourriture et d’eau en dessous de ce niveau, mais on ne sait pas si l’un des hommes a pu les atteindre.

« Il y a toujours de l’espoir, mais nous devons aussi être réalistes », a déclaré le PDG de Trevali, Ricus Grimbeek, dans une interview séparée avec Reuters.

« Ces chambres ne sont pas conçues pour être immergées dans l’eau. Les chambres sont conçues pour les chutes de sol et lorsqu’il y a des environnements toxiques comme la fumée », a-t-il déclaré.

L’entreprise et le gouvernement du Burkina Faso ont lancé des enquêtes sur les causes de l’accident.

« Nous devons comprendre ce que nous devons faire à l’avenir pour que ce qui s’est passé ici ne se reproduise plus jamais », a déclaré Grimbeek.

(Reportage par Thiam Ndiaga et Anne Mimault; Écriture par Nellie Peyton; Montage par Sandra Maler)

((nellie.peyton@thomsonreuters.com; +221 77 298 1636;))

Les vues et opinions exprimées ici sont les vues et opinions de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Nasdaq, Inc.

nasdaq

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page