Skip to content
Thierry Breton : « Chaque jour, l’UE est attaquée : elle fait des envieux chez nos voisins »

A un mois du début de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), le commissaire européen au Marché intérieur, le Français Thierry Breton, réagit à la première édition du baromètre européen Viavoice – Radio France – France Télévisions – France Médias World sur le rapport des Français à l’Europe. Et contrairement aux idées reçues, ceux-ci se sentent bien chez les 27.

Thierry Breton revient également sur la gestion de la pandémie de Covid-19 qui anime encore aujourd’hui l’Union européenne. Pour lui, cette gestion est « une vraie réussite, dans la production et la distribution de vaccins… Même avec la troisième dose, on peut distribuer un maximum de vaccins dans le reste du monde. Pour la variante Omicron, on peut produire de l’ARN vaccins. messager d’ici trois semaines. » Aux Français qui s’inquiètent de la désunion des 27, il rétorque que la solidarité a « massivement pris le dessus ».

Sur l’inflation, il estime que « la nouvelle vague de coronavirus n’a pas encore impacté notre économie. problèmes de salaire. »

Le commissaire européen au Marché intérieur se confie sur le projet européen de défense, « essentiel » à ses yeux. « Tous les Etats membres ont leurs priorités diplomatiques mais nous devons faire face à des menaces hybrides, comme avec la Biélorussie. Chaque jour, l’Union européenne est attaquée, cela fait beaucoup d’envie chez nos voisins », a déclaré Thierry Breton.

Enfin, l’ancien ministre français de l’Économie s’exprime sur les différends transmanche sur la pêche et l’Irlande du Nord. « Les Britanniques sont de mauvaise foi, on ne peut pas s’attendre à autre chose », déplore-t-il, « tant que le gouvernement Johnson est en place ».

Programme préparé par Perrine Desplats, Isabelle Romero, Georgina Robertson et Céline Schmitt.

Soumettez vos idées sur l’économie européenne via la plateforme Conférence sur l’avenir de l’Europe.

Le projet a été cofinancé par l’Union européenne dans le cadre du programme de subventions du Parlement européen dans le domaine de la communication. Le Parlement européen n’a pas été associé à sa préparation et n’est en aucun cas responsable ou lié par les informations, informations ou opinions exprimées dans le cadre du projet dont seuls les auteurs, les personnes interviewées, les éditeurs ou les diffuseurs du programme sont responsables en conformément à la loi applicable. Le Parlement européen ne pourra pas non plus être tenu pour responsable des dommages, directs ou indirects, qui pourraient résulter de la mise en œuvre du projet.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.