Nouvelles locales

Testez vos limites

Réticent aux groupes et à l’autorité, Charles de Foucauld a bien essayé de devenir moine. Trappiste. Son nom ? Frère Marie-Albéric. D’abord dans l’austère monastère de Notre-Dame des Neiges, en Ardèche, qui l’emplit un temps. « J’aime être pauvre à l’infini »il écrit, avec un penchant dangereux pour le sacrifice qui, pour être absolu, n’en est pas moins mortel : « Je lui demande de tout mon cœur d’augmenter ma douleur si je peux porter un plus grand poids. » Les inquiétudes du père Huvelin face à cette douloureuse tentation n’y changent rien. Bientôt, il ressent le désir de repousser encore plus loin ses limites. Il part pour la Syrie, dans la Trappe la plus pauvre de toutes, celle d’Akbès, en janvier 1890. Mais c’est encore trop confortable pour lui. « Nous n’avons plus notre chère cuisine au sel et à l’eau. Ils mettent je ne sais quelle graisse dans notre nourriture, il se plaint à son cousin, suite à l’autorisation d’huile et de beurre pour fortifier la santé de ses frères. Ce n’est pas l’abjection dont j’aurais rêvé. » Au bout de six ans, il quitte La Trappe, et après un bref séjour à Rome, revient à Nazareth en 1897 avec la ferme intention de se faire ermite, dans le dénuement le plus total. S’éprouver et, par l’ascèse, se rapprocher de Dieu.

Il arrive cachant son identité et se met au service des Clarisses, installées dans une pauvre remise à outils. Entre divers travaux manuels, « Frère Charles » médite et écrit des commentaires sur la Bible. « Oh c’est un bon garçon, mais pas le plus intelligent », juge l’aumônier des Clarisses tandis que les enfants se moquent de lui. Pendant plus de deux ans, il tente de vivre son idéal de pauvreté et de solitude, faisant deux voyages à pied jusqu’à Jérusalem. « Il faut traverser le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu, il a écrit dans un texte célèbre de 1898. C’est là qu’on se vide, (…) et que nous vidions complètement cette petite maison de notre âme pour laisser toute la place à Dieu seul. » Comme saint Jean Chrysostome ou Jean-Baptiste, qu’il cite fréquemment, il « préparez-vous pour le désert » pour fortifier son âme : « Il a besoin de ce silence, de ce recueillement, de cet oubli de toute la création, au milieu desquels Dieu (…) forme en lui l’esprit intérieur. (…) Si cette vie intérieure est nulle, il y aura du zèle, des bonnes intentions, beaucoup de travail, les fruits sont nuls. »

Il choisit son emblème, un cœur surmonté d’une croix avec l’écriture Jésus Caritas (Jésus aime). Il témoigne de sa ferveur pour le Sacré-Cœur de Jésus, symbole de l’amour de Dieu pour l’homme, objet d’une grande dévotion depuis le XVIIe siècle.et siècle.

En octobre 1901, après avoir été ordonné prêtre, il arrive à Beni-Abbès, oasis pauvre de 130 familles à la frontière marocaine, où il vit en missionnaire, accueillant des soldats français et fournissant, selon ses moyens, dattes et orge. A la population. « Je veux habituer tous les habitants, chrétiens, musulmans, juifs, à me regarder comme leur frère, le frère universel… Ils commencent à appeler la maison ‘fraternité’, et cela me plaît… », écrit-il à Marie de Bondy en janvier 1902. Las. En réalité, peu de personnes passent par son ermitage. Depuis plusieurs années, son grand projet est la fondation d’une Fraternité. « Quelque chose de très simple, et de très peu, ressemblant à ces premières communautés des premiers jours de l’Église. » Mais loin de la simplicité affichée, Foucauld a écrit un ensemble de règles excessives, rassemblées dans un « Règles des Petits Frères du Sacré-Cœur de Jésus » qui ferait reculer plus d’un : être prêt à se faire couper la tête, être prêt à mourir de faim et lui obéir « malgré (son) indignité ». Un débordement d’absolu, faisant écho à l’intensité de sa quête, qui ne sera suivie par aucun compagnon.

Son action missionnaire est aussi un échec. « Hélas, pour dire du bien des musulmans, il fallait se convertir et je ne l’ai pas fait », confessa-t-il à Mgr Guérin, préfet apostolique du Sahara en septembre 1902. Sa vie était-elle vouée à l’échec ? En juin 1905, sur proposition de son ami le colonel Laperrine, il rejoint Tamanrasset, dans le Hoggar. Un nouveau départ.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page