Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Talbi, un Parisien contre les Bleus

Le hasard fait parfois des choses drôles. A moins que ce ne soit le destin. Pour sa première Coupe du monde, Montassar Talbi aimerait offrir, avec ses coéquipiers, une qualification en huitièmes de finale à la Tunisie, la première en six participations. Le destin l’a voulu contre l’équipe de France, son pays natal, à l’occasion du dernier match du groupe D. Déjà qualifiés et quasiment certains de finir premiers de la poule, les Bleus (6 points) n’ont plus grand-chose à jouer ce mercredi 30 novembre à Doha (TF1, 16h). Les Aigles de Carthage, oui. Derniers du groupe avec un point, les Tunisiens jouent leur survie et doivent absolument battre les Français, tout en espérant un match nul entre le Danemark et l’Australie ou, au pire, une courte victoire des Danois.

Face à une équipe de France largement remaniée, puisque Didier Deschamps veut faire tourner son effectif pour donner du repos aux cadres et permettre aux remplaçants de jouer, les joueurs tunisiens veulent y croire. « On va essayer de gagner contre la France (…) On va jouer ce match comme si c’était une finale», a garanti Montassar Talbi au micro de beIN Sports, après la défaite de la Tunisie (0-1) face à l’Australie samedi.

Zidane, « c’est mon idole »

Une « finale » particulière pour ce défenseur central (25 sélections), né à Paris, avant que ses parents ne reviennent vivre, douze ans plus tard, de l’autre côté de la Méditerranée. « J’ai la double nationalité, j’ai vécu dans les deux pays, côtoyé les deux cultures », précise ce droitier, âgé de 24 ans, qui évolue en Ligue 1 à Lorient depuis le mois d’août. Même son année de naissance, mai 1998, a un lien avec l’histoire des Bleus. Zidane,  » c’est mon idole « , glisse le joueur, dont les grands-parents et les oncles habitent la région parisienne.

C’est au Paris FC qu’il utilise ses premières crampons dès l’âge de 5 ans, avant de rejoindre le FC Lilas, l’un des grands clubs formateurs de Seine-Saint-Denis. Repéré dès son arrivée en Tunisie en 2010, il rejoint l’Espérance de Tunis, où il passe par toutes les catégories d’âge jusqu’à devenir professionnel en 2016. Après deux saisons en première division, il tente sa chance au Rizespor, un club turc. « C’était un bon tremplin, une passerelle entre le championnat tunisien, le monde du football africain et le football européen », il indique. Au terme d’une première saison difficile, il parvient à s’imposer jusqu’à ce que la Serie A italienne le courtise début 2022. Il s’engage à Benevento, mais la relégation du club en deuxième division rend le transfert nul et non avenu. A la recherche d’une équipe, il trouve une porte de sortie au Rubin Kazan, un club ambitieux, mais l’invasion de l’Ukraine et les sanctions contre les clubs russes mettent un terme à son aventure.

Une ligne défensive efficace

Habitué à jouer au poste de défenseur central gauche, il se dit « confortable des deux côtés ». Depuis le début de la Coupe du monde, la défense des Aigles de Carthage s’en sort plutôt bien, contrairement aux attaquants, qui sont restés muets. Avec un seul but encaissé face à l’Australie et un nul (0-0) contre le Danemark, la ligne défensive tunisienne a même fait mieux que celle de l’équipe de France, qui a déjà encaissé deux buts. Va-t-elle tenir tête à l’armada tricolore ? Cette perspective n’effraie pas Montassar Talbi. « En tant que défenseur, je ne peux pas dire qu’un attaquant m’impressionne. Mais nous savons tous que Mbappé est l’un des meilleurs joueurs du monde aujourd’hui. » disait-il le 6 novembre après la courte défaite de Lorient en championnat face au Paris SG (2-1).

Empêcher les Bleus de marquer est une tâche qui le dépasse. « C’est une responsabilité qui me fait vivre au quotidien », souligne-t-il, accroché au rêve d’une qualification historique. « Ce sera forcément un match compliqué au niveau de la gestion des émotions, et du tempo du match, il explique à l’équipe. Il ne sera pas nécessaire de se disperser, de garder un maximum d’équilibre, d’être patient. » Contre Lorient, il y a trois semaines, Kylian Mbappé n’avait pas réussi à trouver le chemin des filets. Peut-être un signe.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page