Nouvelles sportives

Sydney McLaughlin a battu son propre record du monde. Encore.


Il fut un temps, il n’y a pas si longtemps, où Sydney McLaughlin était défiée chaque fois qu’elle se plantait dans les starting-blocks du 400 mètres haies. Elle savait qu’elle ferait face à une concurrence féroce de la part de Dalilah Muhammad, une coureuse gracieuse avec une liste impressionnante de réalisations.

Au cours des deux dernières années, cependant, McLaughlin s’est élevée à un niveau différent. Elle a battu à plusieurs reprises le record du monde en miettes, faisant de ses rivaux – aucun d’eux en reste – un bruit de fond alors qu’elle repousse les limites de ce qui semble possible dans sa profession.

Déjà médaillée d’or olympique en titre, McLaughlin a battu vendredi soir le record du monde pour la quatrième fois en deux ans, démolissant un terrain profond et décoré en 50,68 secondes pour remporter son premier championnat du monde.

Femke Bol, des Pays-Bas, a terminé deuxième en 52,27 secondes et Muhammad a terminé troisième en 53,13.

Pour l’avenir indéfini, la seule vraie bataille de McLaughlin semble être avec l’horloge : Quand battra-t-elle le record du monde ensuite ?

Un peu de contexte pourrait aider. Considérez que McLaughlin aurait vaincu deux des femmes qui se sont qualifiées pour la finale du 400 mètres de vendredi – tout en franchissant 10 haies. (Oui, vous avez bien lu.) Considérez également qu’elle a coupé 0,73 seconde de son précédent record du monde, qu’elle avait établi 27 jours plus tôt aux championnats américains.

Le plus absurde de tous ? McLaughlin voit une marge d’amélioration.

« Je pense que nous sommes tous en train de comprendre que, oui, il y a 10 barrières, mais nous pouvons les franchir beaucoup plus vite que les gens ne le pensent », a-t-elle déclaré, ajoutant : « Je pense toujours que ce n’était même pas une course super propre. ”

Invaincue au 400 mètres haies depuis 2019, lorsqu’elle a terminé deuxième derrière Muhammad aux championnats du monde de Doha, au Qatar, McLaughlin, 22 ans, s’est imposée comme l’une des athlètes les plus dominantes de l’athlétisme dans une discipline qui devrait être l’une de ses plus compétitif.

Muhammad, qui détenait le record du monde jusqu’à l’arrivée de McLaughlin, est un champion olympique et mondial. Et si des blessures ont interrompu son entraînement, elle reste une athlète redoutable à 32 ans.

« Honnêtement, j’étais un peu nerveux en entrant dans cette compétition, ne sachant pas où en serait mon niveau de forme physique », a déclaré Muhammad. « Donc, obtenir une médaille montre ma résilience en tant qu’athlète. »

Bol, 22 ans, qui a remporté le bronze aux Jeux olympiques de Tokyo derrière McLaughlin et Muhammad, pourrait être le rival contemporain qui pousse McLaughlin aux Jeux olympiques de Paris 2024, et peut-être au-delà. Bol détient le septième temps le plus rapide de l’histoire. (Les six fois devant elle appartiennent à McLaughlin et Muhammad.)

Mais il y a toujours un écart entre McLaughlin et Bol, un écart qui était évident alors que les ombres du début de soirée sont tombées sur la piste à Hayward Field et que McLaughlin a ouvert une énorme avance à mi-parcours. Son parcours dans la dernière ligne droite aurait tout aussi bien pu être un tour de victoire. Personne n’était proche d’elle.

« Je dirais certainement que c’est un état de flux », a-t-elle déclaré, « où vous mettez tout ce que vous avez fait à l’entraînement dans la course au point où vous laissez simplement votre corps faire ce qu’il fait. »

McLaughlin, qui a grandi dans le centre du New Jersey et était une adolescente prodige à l’Union Catholic High School, est tout simplement la coureuse de haies féminine la plus rapide de l’histoire. Après avoir battu le record du monde de Muhammad en 2021 aux essais olympiques américains, McLaughlin l’a de nouveau battu quelques semaines plus tard lorsqu’elle a remporté l’or aux Jeux olympiques de Tokyo. Muhammad a terminé deuxième dans les deux courses.

Le mois dernier, McLaughlin semblait plutôt impassible lorsqu’elle a de nouveau abaissé le record, en courant 51,41 secondes aux championnats américains. Muhammad, qui avait une candidature automatique aux championnats du monde en tant que champion en titre, a choisi de ne pas concourir.

À l’approche de la finale du championnat du monde, McLaughlin était prêt pour une autre performance extraordinaire. Mercredi, elle a démoli le peloton dans sa demi-finale, ralentissant à plusieurs mètres de l’arrivée pour s’imposer en 52,17 secondes, ce qui aurait été le record du monde il y a à peine trois ans.

Quant à l’avenir, McLaughlin a déclaré qu’elle discuterait de ses options avec son entraîneur, Bobby Kersee, à la fin de la saison. Elle a laissé ouverte la possibilité qu’elle puisse participer au 400 mètres ou au 100 mètres haies – ou à une combinaison d’épreuves. Dans tous les cas, il y a plus de championnats à chasser et de records à battre.

« Mon entraîneur pense qu’il reste encore beaucoup à faire », a-t-elle déclaré.


sports En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page