Skip to content
sur Twitch, les soignants alertent sur la crise de l’urgence

Ils préviennent avant un été qui s’annonce rude. Les secours français sont en grande difficulté : 127 d’entre eux sont même en grande difficulté, selon une liste des Syndicat Samu-Urgences de France (SUdF). Alors que les prochaines semaines s’annoncent tendues en milieu hospitalier, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France, était notre invité lors d’une émission en direct animée par Nacer Boubekeur sur la chaîne franceinfo Twitch, le mercredi 22 juin à 18h. pm

Afin d’échanger sur la situation actuelle et d’échanger sur les solutions, franceinfo a proposé aux soignants et urgentistes d’intervenir sur Discord.

Caroline Brémeaut, responsable des urgences à Laval (Mayenne), déplore que, face au manque de moyens »nous (soignants, ndlr) devenons violents et cela fait fuir les soignants« .

L’aidant prend alors l’exemple d’une dame de 95 ans qui a attendu 36 heures sur une civière avant d’être prise en charge : « C’est une perte de sens pour tout le monde. Les soignants ne veulent pas cautionner cela (…) On en a marre qu’on ne dise rien, il faut réagir fortement», lance-t-elle.

Journaliste spécialisée dans la santé franceinfo.fr, Florence Morel s’est également exprimée sur le Discord. Elle s’interroge sur la « désertification du secteur privé, notamment des maternités privées » et sur « ces soins, comme l’accouchement, qui ne sont pas attractifs et rémunérateurs ».

Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France, appuie son propos : « Ces pauvres petits arrivent dans un monde qui leur est déjà cruel. Si vous prenez des Ehpad, c’est la même chose. Sur les extrêmes de la vie, qui sont les plus chères, il y a un mépris des autorités. »

Mais que faire face à cette crise mondiale de l’hôpital public ? Le président de l’association des médecins urgentistes de France pointe le problème financier. Pour lui, « il est obligatoire que les taxes sur les transactions financières et les Gafam filent la pâte pour l’assurance maladie », recommande Patrick Pelloux.

De son côté, Arnaud Chiche, président du collectif « La santé en danger » a parlé sur Discord. Il souhaite « un plan pour le travail de nuit, tout en reconnaissant la pénibilité des métiers». Pour lui, il faut aussi mettre l’accent sur l’encadrement des jeunes en rétablissant des tuteurs de stage pour les infirmiers. « Compte tenu des rythmes de travail actuels, les soignants en place ne peuvent garantir l’effectivité de la prise en charge et l’effectivité de l’encadrement des jeunes »conclut-il.

Retrouvez l’intégralité du live sur la chaîne Twitch de franceinfo.



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.