Nouvelles sportives

Stoke 2 – 2 M’boro


D’Margio Wright-Phillips a égalisé dans le temps additionnel pour Stoke alors qu’ils ont arraché un match nul 2-2 à domicile contre Middlesbrough.

Le but contre son camp de l’ancien demi-centre anglais Phil Jagielka – à l’occasion de son 40e anniversaire – semblait prêt à donner à Boro les trois points.

Mais alors que l’équipe de Chris Wilder est prête à célébrer sa première victoire de la saison, le sous-marin Wright-Phillips, 20 ans – petit-fils de l’ancien attaquant d’Arsenal Ian Wright – a montré à la famille ses compétences de finition pour arracher un point dans le temps additionnel.

Le deuxième but de la saison de Jacob Brown a placé City devant avant que Duncan Watmore ne fasse 1-1.

Watmore a volé devant Jagielka pour égaliser les scores après 38 minutes, puis a forcé le défenseur à passer par son propre filet après 63 minutes.

Les deux équipes ont débuté dans les six derniers avec Boro tenu à l’écart des places de relégation uniquement sur la différence de buts de West Brom et Luton.

Boro ils ont fait le début de la course, créant une demi-chance pour Ryan Giles dans les 12 premières secondes, puis forçant trois virages successifs.

Donc, c’était contre le cours du jeu lorsque Brown a pris City devant après 18 minutes.

Boro était convaincu que Jordan Thompson avait commis une faute sur Isaiah Jones dans la moitié de terrain de Stoke. Au lieu de cela, l’arbitre Michael Salisbury a permis à Dwight Gayle de briser la défense des visiteurs qui rétropédalaient.

Gayle a tenté de manière acrobatique de convertir le centre de Will Smallbone alors que Stoke cherchait une seconde.

Mais il a fallu les jambes de Joe Bursik pour empêcher Riley McGree d’égaliser lors du dernier run and cross de Giles.

Si Boro s’est senti mal fait, ils ont eu un relâchement après 36 minutes lorsque le centre de Thompson s’est terminé au fond du filet. L’arbitre Salisbury a cette fois jugé que Gayle avait commis une faute sur le gardien Zack Steffen.

Mais tout était carré à sept minutes de la pause. Jones a fourni un centre bas au premier poteau pour que Watmore passe devant Jagielka pour égaliser.

McGree aurait dû porter le score à 2-1 après 48 minutes, mais n’a pas réussi à atteindre la cible avec une tentative de pied latéral du retrait de Paddy McNair.

Marc Bola était plus précis, mais Bursik détournait son tir bas en corner alors que Boro continuait à dominer.

Et leur approche offensive a été récompensée lorsque Jagielka a tourné un centre de Giles à gauche. Middlesbrough, cependant, n’a pas pu trouver de troisième but.

Même lorsque le skipper Lewis Baker a raté une belle occasion d’égaliser, Stoke a continué à appuyer et Wright-Phillips s’est converti à bout portant grâce à l’aide de Baker.

Ce que les gérants ont dit…

Stoke’s Michael O’Neill: « Il a eu un peu de malchance. Je pense que le ballon a touché sa jambe arrière. Mais je pense qu’il a très bien fait. Ce n’est pas facile de jouer contre Duncan Watmore qui court derrière. Jags défie le temps des pères et il a montré qu’il est toujours un joueur de qualité.

« Son appétit pour le jeu est celui d’un joueur de 21 ans, même la façon dont il s’entraîne. Normalement, quand vous avez un joueur de cet âge, il peut s’entraîner un ou deux jours par semaine. Mais il veut s’entraîner tous les jours, alors vous devez lui mettre les rênes. La raison pour laquelle il joue encore, c’est parce qu’il a un amour et un enthousiasme pour le jeu. « 

de Middlesbrough Chris Wilder: « Nous soutenons tous nos équipes et regardons parfois à travers des lunettes teintées de rose. Je suis un gars équilibré en termes de statistiques et de façon de voir les choses. Mais je n’ai jamais ressenti la moindre pression de toute la nuit. Vous vous y attendez dans le championnat, vous attendez-vous à ce que vous reveniez dans un grand club du championnat comme Stoke City.Mais même le supporter le plus ardent et passionné de Stoke, lorsqu’il posera sa tête sur l’oreiller, se demandera comment son équipe n’a pas été battue et battue confortablement .

« Nous pouvons nous regarder et dire que nous ne les avons pas mis au lit. Mais je suis dans le championnat depuis quelques années et je ne pense pas avoir jamais dominé avec une équipe dans la mesure où nous avons dominé. Je crois la façon dont nous jouions, nous avions la capacité de passer de deux à trois à trois à quatre. Cela finirait alors par une nuit confortable et refléterait le déroulement du jeu. « 



Sky Sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page