Nouvelles du monde

Si vous avez aimé Fauda et Téhéran, alors Munich Games est votre prochaine montre incontournable

Cela fait 50 ans que la tache la plus sombre de toutes a été laissée sur la marque olympique. Plus honteux que les jeux d’Hitler à Berlin ou les boycotts de Moscou et de Los Angeles pendant la guerre froide, le meurtre par des terroristes palestiniens de 11 Israéliens à Munich en 1972 est la catastrophe olympique qui a été racontée et racontée dans des livres et des films.

Le 5 septembre, l’anniversaire a été marqué par un événement commémoratif en Israël. Le thriller en six épisodes Jeux munichois (Sky Atlantic) imagine une autre sorte de commémoration moderne : un match amical de football entre des équipes allemandes et israéliennes dans le stade olympique.

Une cible aussi évidente pour le terrorisme a naturellement les yeux du Mossad partout alors que le côté israélien Halutzi Tel Aviv se prépare à voler. Le boffin du Mossad Oren Simon (Yousef Sweid), surfant comme un hibou sur les forums de discussion du dark web, identifie bientôt une menace crédible, incitant son patron proposer de l’intégrer à l’unité antiterroriste de Munich.

En parlant d’intégration, sa collègue superviseure est Maria Köhler (Seyneb Saleh), d’origine allemande mais d’origine libanaise. Elle prend ses nouvelles commandes par téléphone alors qu’elle est dans un état d’horizontalité béate avec son petit ami palestinien ébouriffé, Monir (Roger Azar). Il se trouve également que son informateur espionne des réfugiés antisionistes. Ces histoires d’amour torrides ne se produisent peut-être pas dans les cercles du renseignement. Et s’ils le font, les participants pourraient ne pas être très attrayants.

Après deux épisodes, il y a beaucoup plus d’ingrédients dans une soupe bien épaisse – terrorisme, drogue, chantage, adultère, rivalité inter-agences, l’Holocauste – avec une poussière extrêmement légère de football. Les Jeux olympiques de 1972, curieusement, sont à peine mentionnés, mais pour la présence maussade du stade avec son auvent futuriste en aile de chauve-souris.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page