Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Sanctionner les partis russes pro-guerre – POLITICO


Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

Damian Boeselager est membre Volt du Parlement européen. Dmytro Natalukha est membre du Parlement ukrainien.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie cible les zones résidentielles et les civils. Les forces armées russes ont commis des crimes de guerre, recourant au chantage nucléaire et détruisant des infrastructures essentielles pour laisser les Ukrainiens sans chaleur ni lumière à l’approche des mois d’hiver et des températures en dessous de zéro.

Le régime russe qui commet ces crimes n’existe cependant pas dans le vide. Il s’appuie sur un réseau de partis politiques loyaux sous son contrôle, qui soutiennent son régime corrompu. Et il est temps qu’on s’en rende compte.

Des partis comme Russie unie du président Vladimir Poutine sont des réseaux centralisés de fonctionnaires et de partisans du régime, répartis dans tout le pays. En fait, selon l’agence de presse d’État TASS, Russie unie compte à elle seule plus de 2 millions de membres. Les directeurs d’école, les professeurs d’université et même les gestionnaires des services publics sont obligés d’adhérer au parti, afin qu’ils puissent avoir accès aux avantages du régime.

Ce sont les rouages ​​qui permettent au régime politique de Poutine de fonctionner et de rester au pouvoir : un directeur d’école qui force les enseignants – siégeant dans les commissions électorales – à falsifier les résultats des élections ; un directeur d’usine qui encourage ses salariés à voter pour les « bons » candidats et organise des meetings ; un recteur d’université qui propage la propagande du régime ou expulse des étudiants aux opinions dissidentes, et ainsi de suite.

Et de cette manière, les partis politiques russes ont joué un rôle déterminant en rendant possible l’agression contre l’Ukraine.

Tout comme ils l’ont fait avec l’Ukraine en 2014 et la Géorgie en 2008, ils ont approuvé l’agression et l’usage de la force contre l’Ukraine, approuvé l’annexion illégale des régions de Kherson, Zaporizhzhia, Donetsk et Louhansk, et ils ont voté à la quasi-unanimité pour reconnaître la l’indépendance de la « République populaire de Donetsk » et de la « République populaire de Louhansk » — toutes deux parties intégrantes de l’Ukraine en vertu du droit international.

En outre, les membres de Russie unie comprennent également des célébrités comme l’ancienne star d’Arsenal Andrey Arshavin et la chanteuse Yulia Volkova, qui malgré leur soutien au régime, ne font toujours l’objet d’aucune sanction existante.

Russie unie a déjà ouvert des bureaux dans les territoires occupés d’Ukraine et a commencé à recruter pour la guerre – pourtant, la plupart de ses membres sont parmi les moins touchés par les sanctions occidentales. Pendant ce temps, les sanctions personnelles précédentes concernaient principalement des hauts fonctionnaires ou des oligarques influents qui ne sont pas nécessairement membres du parti et sont moins touchés par les sanctions contre l’économie russe en raison de leur richesse et de leur statut.

Il serait donc logique de sanctionner les partis pro-guerre. Et une fois cette décision prise, il existe plusieurs façons de la mettre en œuvre.

Premièrement, il y a plus de 77 500 membres de parlements régionaux et de conseils locaux en Russie, la plupart d’entre eux représentant Russie unie ou d’autres partis pro-guerre – sans parler des gouverneurs régionaux fidèles à Poutine. Leurs noms sont publics et ils peuvent facilement être ajoutés à la liste des sanctions. La semaine dernière, le Parlement européen a appelé à de telles mesures dans sa résolution déclarant la Russie un État parrain du terrorisme.

Deuxièmement, les célébrités russes qui professent leur loyauté envers le régime et soutiennent la guerre contre l’Ukraine sont faciles à identifier à partir de leurs remarques publiques et de leurs publications sur les réseaux sociaux.

Andrey Arshavin, membre du parti Russie unie et ancienne star d’Arsenal, n’a pas été visé par les sanctions occidentales malgré son soutien au régime | Victor Boyko/Getty Images pour Nike

Enfin, toute personne entrant dans l’Union européenne pourrait être tenue de déclarer qu’elle n’est pas membre d’un parti politique pro-guerre. Fournir des informations erronées ou inexactes entraînerait alors des sanctions légales contre les contrevenants.

Ce faisant, cependant, nous devons également mettre en place des garanties pour assurer le respect du droit des droits de l’homme. Avant l’application effective de toute mesure restrictive, un délai de grâce devrait être prévu pour permettre aux membres des partis qui ne soutiennent pas la guerre en Ukraine de mettre officiellement fin à leur adhésion.

Ceux qui refusent ou omettent de quitter les parties doivent alors faire face à des sanctions de l’UE, telles que des interdictions de voyager et des gels d’avoirs. Il devrait leur être impossible d’utiliser les services des banques occidentales, des compagnies aériennes, des avocats, des hôtels, des financiers et des agents immobiliers, d’ailleurs.

L’ajout de partis politiques pro-guerre à la liste des sanctions tracerait une ligne plus claire entre les victimes du régime en Russie et ses partisans actifs. Cela perturberait également la routine des élites russes, compliquant tout voyage à l’étranger, ou leur capacité à y acheter des biens immobiliers ou à envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales.

Avec un tel impact sur leur vie, certains pourraient finalement être découragés de soutenir le Kremlin, mettant fin à un contrat social qui a contribué au massacre d’Ukrainiens. Et ce pourrait secouer la classe dirigeante. Les artistes, les entrepreneurs, les fonctionnaires de rang inférieur et les employés des entreprises publiques qui ont directement ou indirectement soutenu la guerre et sont habitués à recevoir des avantages du Kremlin pourraient en fait ressentir les conséquences de leurs actions.

Les partis politiques constituent l’épine dorsale du régime de Poutine. Sanctionner ceux qui soutiennent l’agression et le génocide qui se déroulent en Ukraine pourrait changer la donne en matière de responsabilité – et cela pourrait enfin percer les illusions de l’élite russe.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page