Skip to content
Saisir son histoire pour devenir libre

Dans le sillage de Pierre Bourdieu, la sociologie s’intéresse volontiers à la reproduction sociale, au poids des déterminismes dans les trajectoires individuelles. Norbert Alter s’intéresse davantage aux écarts, aux différences et aux errances, sans nier la réalité des mécanismes de domination. « On échappe rarement à son destin social », avoue-t-il dans les dernières lignes de son nouveau livre. Mais il arrive aussi que nous mettions les voiles, que nous composions notre propre histoire en marge de « faits majoritaires ». Le parcours de Pierre, fil conducteur de ce livre à la croisée de l’essai et du récit de vie, en offre un exemple frappant. Norbert Alter l’avoue d’emblée : Pierre n’est qu’un double de lui-même, un personnage lui permettant d’aborder son expérience avec la distance qu’exige l’analyse sociologique. On le devine, le procédé est aussi une protection contre des souvenirs parfois lourds : une enfance marquée par l’absence de repères familiaux, avec une mère effrontée, sujette à des accès de violence, et un père petit escroc. Une existence sans foyer ni classe. De ce que Marx a qualifié de « lumpenprolétariat », Pierre cherchera longtemps  » nous « , au sein de l’institution scolaire comme en politique, dans le bouillonnement de mai 68. Avant de tracer sa propre voie, à l’instar de Jack Kerouac, l’auteur phare de la génération Beat. D’une tranche de vie caractérisée par plusieurs formes de précarité, Pierre a su se faire une force pour se construire et se libérer. Une autobiographie passionnante. LA.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.