Skip to content
Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle


La production de whisky et autres spiritueux a repris au complexe industriel historique Seagram dans l’arrondissement montréalais de LaSalle, grâce à la Distillerie 1769 qui vient de s’y installer.

Installée depuis septembre dans l’un des plus anciens bâtiments du complexe construit en 1924 par la famille Bronfman, l’équipe de la distillerie 1769 n’a ménagé aucun effort pour adapter ses nouveaux locaux aux exigences modernes de la distillation d’alcool. .

« Quand nous sommes arrivés, il n’y avait que les murs extérieurs. Nous avons dû tout repeindre, installer des cloisons coupe-feu, refaire les plafonds, l’électricité, la plomberie et installer des détecteurs d’éthanol, entre autres », explique Andrew Mikus, copropriétaire de Distillerie 1769.


Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI

Les immenses salles aux murs de briques et aux plafonds vertigineux ont vu d’innombrables barils de whisky à destination des États-Unis pendant la Prohibition. Longtemps l’une des plus importantes au monde, la distillerie Seagram y a poursuivi ses activités jusqu’à son rachat par Pernod Ricard et Diageo en 2000. Les locaux étaient vides depuis 2009.


Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI

Andrew Pines, des sociétés immobilières Triad et Shapiro, devenues propriétaires du complexe Seagram en 2018, se réjouit de voir ces lieux historiques, qui ont échappé de peu à la démolition, reprendre vie. « Il est important pour nous de protéger les bâtiments que nous acquérons. L’extérieur en briques rouges a été conservé, car il s’agit d’un patrimoine important pour LaSalle.

M. Pines voit d’un bon œil que la Distillerie 1769 participe à y relancer la production d’alcool. « C’est quand on cesse de vouloir détourner la fonction première d’un bâtiment que les choses se mettent naturellement en place », dit-il.

Ses nouveaux locaux de 13 000 pieds carrés, 10 fois plus grands que le local de Verdun qu’elle occupe depuis 2014, permettront à Distillerie 1769 d’augmenter sa production et d’étendre ses activités.


Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI

« Nous avons maintenant de la place pour une chaîne d’embouteillage. Avant, on faisait tout à la main. Il nous a fallu deux jours pour fabriquer 1200 bouteilles. Désormais, ce sera 2 000 bouteilles par jour avec la machine », explique Maureen David, épouse d’Andrew Mikus et copropriétaire de la Distillerie 1769, qu’ils exploitent avec leurs fils Alex et Matthew.

La production d’alcool neutre, qui pourra servir de base à l’élaboration de tous types de spiritueux, débutera sous peu, dès l’installation du nouvel alambic perpétuel, conçu sur mesure en Colombie-Britannique. Ce type d’alambic automatisé produira 10 000 litres d’alcool neutre par mois.


Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI

« À l’heure actuelle, la seule option pour les distilleries ici est d’acheter de l’alcool neutre en Ontario. Notre objectif est de pouvoir proposer un alcool neutre éco-responsable, fabriqué au Québec et fait à partir de bière et de vin déclassés, que nous redistillerons. Nous avons déjà des ententes avec Labatt, des microbrasseries et certains vignobles », précise Andrew Mikus.

Une salle de dégustation accueillera les visiteurs, qui pourront découvrir les spiritueux produits sur place, dont le gin Madison Park et le whisky 1769, ainsi qu’assister à des ateliers de distillation et de confection de cocktails.


Reprise de la distillation d’alcool au complexe Seagram à LaSalle

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.