Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Règlement T + 1 – Une autre réforme calibrée et séminale par Sebi


Un règlement rapide pourrait aider à anticiper le risque de défaut de paiement/paiement pour les transactions volumineuses. L’important est que le vendeur ait accès le plus rapidement possible aux liquidités qu’il a remises et à l’acheteur les actions qu’il a déjà payées. Maintenant, cela se fera dans un jour ouvrable à compter de la date de la transaction.

L’Inde a la particularité d’être le deuxième pays après la Chine à inaugurer le règlement T+1 des transactions sur ses bourses. Même les pays européens avancés, les États-Unis et le Japon sont à la traîne, T+2 étant toujours suivis dans ces pays. Mais le SEBI doit être loué pour ne pas avoir fait le changement tout d’un coup d’un seul coup mais de manière progressive.

Dans ce qui peut être décrit comme un mouvement révolutionnaire sur le marché boursier indien, le SEBI a introduit le règlement glissant en juillet 2001. Auparavant, le cycle de règlement fixe (les vendredis sur l’ESB et les mardis sur le NSE) était suivi, ce qui était en proie à des problèmes. comme une mauvaise livraison, la méfiance des commerçants et une liquidité excessive entre les mains des courtiers, qui ont tous entraîné de fréquents défauts de paiement. Le problème était aggravé par le fait que les certificats d’actions étaient sous forme physique ou papier à l’époque, ce qui nécessitait naturellement du temps pour le mouvement des certificats d’actions du vendeur à son courtier, puis à la chambre de compensation d’où il était passé au courtier de l’acheteur avant d’atterrir sur les genoux du acheteur.

A lire aussi :

L’introduction de Demat en 1996 a donc été le catalyseur de l’accélération des règlements. SEBI a révisé le système de règlement avec le cycle de roulement pour chaque transaction, le contrat commençant le jour de négociation lui-même, appelé «T». Initialement, SEBI a mandaté le règlement des transactions à T + 5 en 5 jours ouvrables à compter de la date de la transaction pour certains scrips, puis a étendu le mandat à tous les scrips en décembre 2001. AComme le nouveau processus de dénouement a été assimilé en douceur, SEBI a raccourci le cycle à T+3 en avril 2002 puis à T+2 à partir d’avril 2003 et maintenant à T+1 par phases.

Pour commencer, T + 1 a été introduit pour 100 actions (avec la capitalisation boursière la plus basse) le 25 février 2022, les 500 suivantes à partir de mars, et depuis lors, 500 actions chaque mois. Les stocks inférieurs avec moins de commerçants ont été choisis judicieusement en premier afin qu’ils puissent être assimilés rapidement par tout le monde dans la boucle.

À partir du 27 janvier 2023, toutes les transactions en espèces et même les règlements F&O se produiront dans le cycle T + 1. Complètement avec le dernier lot de 256 actions qui y transitent le 27e Janvier 2023. Il s’agit notamment de toutes les actions qui font partie du Nifty 50 et de Sensex, telles que Reliance Industries, Infosys, Tata Motors, Dr Reddy’s Laboratories, State Bank of India, les principales actions de moyenne capitalisation comme Dabur India, Ambuja Cements, Tata Chemicals, PB Fintech, FSN E-Commerce, Delhivery, One97 Communications, entre autres. En d’autres termes, les plus difficiles, pour ainsi dire, sont les derniers à migrer vers le nouvel ordre.

Le SEBI a été encore plus prudent, à juste titre, en passant à T+1 pour ne pas perturber la fluidité des transactions.

Avec la croissance exponentielle des investisseurs de détail et le fonctionnement transparent de la passerelle UPI en temps réel, SEBI estime à juste titre qu’il ne devrait y avoir aucun problème de transfert de fonds des courtiers aux clients, et vice-versa. Les comptes de demat des investisseurs individuels ont plus que doublé en un peu plus de deux ans pour franchir la barre des 10 crores en août 2022, contre quatre crores en mars 2020. Un règlement rapide pourrait aider à anticiper le risque de défaut de paiement/paiement pour des transactions aussi volumineuses. Le point est que le vendeur doit avoir accès à l’argent qu’il a remis et l’acheteur aux actions qu’il a déjà payées le plus rapidement possible. Maintenant, cela se fera dans un jour ouvrable à compter de la date de la transaction. Les décomptes refléteront ce règlement rapide.

Cependant, les courtiers et autres intermédiaires qui ont pu jouir du float (être en possession de l’argent des clients) ont naturellement été les premiers à brandir l’étendard de la protestation sinon de la révolte. Selon eux, le règlement T + 1 impliquait le coût élevé de la modification de leurs opérations de back et de front-office. Les deux voulaient plus de temps pour s’adapter aux changements. Bravo à SEBI pour avoir opté pour un déploiement progressif pour vaincre la résistance des courtiers et des intermédiaires. Les investisseurs de portefeuille étrangers (FPI) étaient également contre la mise en œuvre du règlement T + 1 au motif (spécieux) que les FPI investissent en Inde à partir de différents pays et fuseaux horaires et qu’un cycle raccourci pourrait poser des problèmes pour obtenir les approbations nécessaires pour les transferts d’actions et pour remplir les démarches auprès de leurs dépositaires ou sièges sociaux respectifs. Cette peur était exagérée compte tenu de l’époque dans laquelle nous vivons — en temps réel. D’un simple clic de souris, les fonds peuvent être transférés d’un coin du globe à un autre.

Bravo au SEBI pour ces réformes calibrées et séminales.

-L’auteur, S Murlidharan, est un CA par qualification, et écrit sur les questions économiques, les lois fiscales et commerciales. Les opinions exprimées dans l’article sont personnelles.

Lire ses articles précédents ici


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page