Skip to content
qui pourraient être les ministres de Marine Le Pen ?


GOUVERNEMENT LE PEN. Dans la course à la présidence de la République, Marine Le Pen affirme être suffisamment entourée pour former un gouvernement. Qui serait son premier ministre ? Quelles personnalités pourraient gouverner à ses côtés ? Premiers éléments.

Si l’option Marine Le Pen présidente de la République ne peut être totalement écartée, contrairement à 2017, avec qui la candidate du Rassemblement national gouvernerait-elle si elle venait à remporter le second tour de l’élection présidentielle de 2022 et à accéder à l’Elysée ? La question demeure entière tant le parti à la flamme n’a jamais vu l’un de ses élus décrocher une fonction plus élevée que celle de maire, de député ou de sénateur. Des conseillers départementaux et régionaux sont installés ça et là dans divers territoires de France, sans autres attributions, tandis que quelques maires estampillés RN dirigent certaines communes, mais une seule de plus de 100 000 habitants (Louis Alliot à Perpignan). Alors, qui pourrait entrer au gouvernement si Marine Le Pen est élue ? Naturellement, le candidat se veut rassurant sur le sujet et affirmé auprès de la Figaro n’ont « aucune inquiétude quant à ma capacité à former trois gouvernements si nécessaire ». Mais alors avec qui ? Comme lors de l’arrivée d’Emmanuel Macron à la tête du pays en 2017, elle pourrait elle aussi faire émerger sur la scène politique un certain nombre de personnalités aujourd’hui inconnues du grand public, tandis que certains membres de son entourage public pourraient être récompensés par une charge ministérielle. .

Quel Premier ministre pour Marine Le Pen ?

Comme Emmanuel Macron en 2017, Marine Le Pen agite la vieille et traditionnelle promesse d’une réduction du nombre de ministres si elle devenait présidente de la République. « Je veux 15 ministres », a-t-elle dit au Figaro, ajoutant réfléchir à la mise en place « de secrétaires d’Etat auxquels seront confiées des missions spécifiques pendant six mois ». Son premier ministre ? Elle dit l’avoir en tête, mais « personne ne vous répondra », a-t-elle évacué sur France Inter, 12 avril. Très peu de noms ont jusqu’ici circulé. La représentante du RN vient de lâcher quatre patronymes qui pourraient faire partie de son équipe gouvernementale : Jean-Paul Garraud, député européen et magistrat de formation et de profession (juge dans les tribunaux de grande instance ou encore avocat à la cour d’appel de Poitiers), serait nommé ministre de la Justice. De plus, le portefeuille de l’écologie serait confié à Hervé Juvin, également député européen et conseiller régional, lui qui s’est prononcé contre l’éolien et en faveur du nucléaire, le programme écologique de Marine Le Pen. Ce dernier cite également Jordan Bardelachef de file du RN aux dernières européennes et président par intérim du parti, ou encore Franck Allisio, ex-UMP passé au RN et conseiller régional en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, comme candidats à une fonction gouvernementale. Mais l’aspirante à la fonction suprême n’a donné aucune indication sur les Marocains qu’elle pourrait leur accorder.

Maires, adjoints ou conseillers régionaux au gouvernement ?

En dehors de ces quatre noms, Marine Le Pen reste mystérieuse sur les hommes et les femmes qui pourraient l’entourer pour gouverner le pays. « Autour de moi, il y a des gens de très grande qualité (maires, conseillers régionaux…) », a-t-elle simplement rétorqué sur France Inter. Parmi son entourage proche, des personnalités telles que le député Sébastien Chenu, les conseillers régionaux Thierry Mariani, Philippe Vardon, Hervé Fabre-Aubrespy (passé par les cabinets des ministres Pasqua et Fillon), Julien Odoul, Laurent Jacobelli, Julien Sanchez, David Rachline , Philippe Vardon ou encore Edwige Diaz pourraient figurer sur la liste, ainsi que Louis Alliot, le maire de Perpignan, ou éventuellement Robert Ménard, celui de Béziers. Parmi les eurodéputés du RN, Philippe Olivier, proche conseiller du candidat, pourrait également figurer sur la « short-list », tout comme Renaud Labaye, son directeur de cabinet (formé à Saint-Cyr et HEC) ou encore Jean- Philippe Tanguy, directeur adjoint de la campagne, diplômé de l’Essec et de Sciences Po Paris. Avant ces responsabilités, ce dernier était chargé de mettre en place le programme « Energie » de son dirigeant. De là à l’obtention du ministère adéquat ?

Les « Horaces », un club discret comme réserve de ministres ?

Mais Marine Le Pen pourrait sortir quelques noms surprises de son chapeau si elle arrive au pouvoir. « Il y a des gens que vous ne connaissez pas. Ce sont des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise… Ceux avec qui j’ai travaillé ces cinq dernières années mais qui ont préféré garder l’anonymat », a-t-elle ajouté. dans Le Figaro. Comprendre : les membres des « Horaces », ce club très discret de hauts fonctionnaires favorables aux idées de la candidate RN, sur qui cette dernière s’est appuyée pour construire son projet présidentiel. Une organisation lancée par André Rougé, ex-cadre chez Bouygues, et chargé des Outre-mer pour le programme du candidat frontiste. Une prérogative qui pourrait se muer en un poste ministériel dédié à l’outre-mer ? Si la liste des membres de ce cercle est particulièrement confidentielle, Indiquer a révélé en mars que Philippe Nguyen-Cong-Duc, ex-DG du Trésor et ex-Caisse des dépôts, était l’un d’entre eux, conseillant Marine Le Pen sur les questions économiques, tout comme Christophe Bay, ancien cabinet de Jean-Pierre Chevènement et Brice Hortefeux, Roger Chudeau (ancien chef d’établissement, inspecteur d’académie, inspecteur général et membre du cabinet du Premier ministre François Fillon), mais aussi ancien proche de Dominique de Villepin et gouverneur de la Banque de France, ambassadeur ou encore diplomates. Mais ces membres, s’ils semblent être le gage de crédibilité de Marine Le Pen dans sa quête présidentielle, ne seraient pas forcément destinés à devenir ministres. Au moins pour l’instant?

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.