Skip to content
qui est le suspect arrêté ?


TOURNAGE DE NEW YORK. Mercredi 13 avril à 20 heures, la police new-yorkaise a annoncé l’arrestation du tireur présumé après la fusillade dans le métro qui a fait mardi une vingtaine de blessés. Il a été placé en garde à vue et sera poursuivi pour « attentat terroriste ». Il risque la prison à vie.

[Mise à jour le 14 avril 2022 à 10h30] Après une chasse à l’homme qui a duré 24 heures dans les rues et les métros de la ville, la police new-yorkaise a finalement arrêté un homme dans le quartier de Manhattan le 13 avril (selon la chaîne de télévision NBC). Il est le seul suspect du tragique événement de la veille : des fusillades survenues dans une rame de métro de la ligne N au niveau de la station « 36th street », située au sud du quartier de Brooklyn, à New York. Ce tir à 33 balles a blessé 23 personnes dont 10 par balles. Aucun mort n’est à déplorer, une nouvelle rassurante sur laquelle le New York Post a donné des explications : l’arme de l’assaillant se serait bloquée au milieu de la fusillade, l’empêchant probablement de provoquer un véritable bain de sang (selon des sources policières). « C’est une chance qu’elle soit restée coincée car sinon on aurait pu parler de beaucoup plus de monde dans les hôpitaux ou pire », a rapporté le quotidien new-yorkais. Des propos partagés par Keechant Sewell, la cheffe de la police de New York (NYPD), qui s’est dite très soulagée : « On a vraiment eu de la chance que ce ne soit pas beaucoup plus grave ».

A 20 heures, mercredi 13 avril, les médias américains ont diffusé la nouvelle de son arrestation. Pour l’instant, il a simplement été placé en garde à vue, alors qu’une enquête est ouverte et qu’il sera poursuivi pour « attentats terroristes et autres violences contre […] transport public. » Le procureur fédéral Breon Peace a tenu une conférence de presse pour fournir des détails sur ce qui attend le suspect : « Il comparaîtra devant le tribunal fédéral de Brooklyn et, s’il est reconnu coupable, il encourra une peine de prison à perpétuité ». Avant cette arrestation, la police locale recherchait activement un homme, dont elle a diffusé une photo, le qualifiant de « personne d’intérêt » dans les enquêtes, sans parler de l’auteur présumé ni du principal suspect.

Les contours de la fusillade survenue commencent à se dessiner. Il était 8h27 à New York (14h27 en France) le 12 avril lorsque la police a été appelée après qu’une personne a été abattue dans le métro, dans le quartier de Brooklyn. Selon une source policière rapportée par le New York Times, le tireur présumé, qui portait alors un masque à gaz, aurait déclenché un fumigène à l’intérieur d’une rame de métro, avant d’ouvrir le feu à l’intérieur de la rame. C’est alors à la station « 36th Street » que les passagers ont paniqué en descendant du train. La station « 36th street » est une station du sud de la ville particulièrement fréquentée en raison des cinq lignes de métro qui s’y arrêtent, dans le quartier de Sunset Park. Il est situé à l’intersection de la 4e avenue et de la 36e rue. Sur place, une arme de poing et trois chargeurs ont été découverts, ainsi que la clé d’un véhicule, correspondant à une camionnette abandonnée dans le quartier après avoir été louée à Philadelphie, à deux heures au sud de New York.

Très peu de temps après l’attaque, la police new-yorkaise a entrepris de retrouver l’auteur présumé. Après un premier signalement succinct, les policiers ont indiqué qu’ils recherchaient un dénommé Franck James, un Afro-américain de 62 ans, mesurant environ 1m65 et « gros gabarit », vêtu d’un gilet de sing vert et orange, ainsi qu’un sweat à capuche gris.

Avant l’arrestation du suspect et alors que la traque se poursuivait à New York, des journalistes du New York Times ont réussi à joindre par téléphone la sœur du suspect, diffusant alors une interview importante pour le déroulement de l’enquête. En effet, sa sœur a confirmé des éléments présupposés par la police, à savoir l’âge du suspect : 62 ans, son mode de vie : « il se déplaçait souvent de ville en ville, ne restant jamais trop longtemps au même endroit », mais aussi son statut relationnel : que son frère avait « été seul toute sa vie », et qu’ils avaient pratiquement perdu le contact. Cependant, elle s’est dite très surprise qu’il ait pu commettre un tel acte, se confiant au New York Times : « Je ne pense pas qu’il ferait quelque chose comme ça, ce n’est pas dans sa nature. »

De plus, on sait désormais que le suspect est bien l’homme qui a posté des vidéos de messages politiques sur YouTube. Il se met en scène dans de longues tirades politiques, évoquant des problèmes de société comme les questions raciales, l’insécurité à New York (notamment dans le métro…), et s’en prenant aux homosexuels. Ces vidéos, si elles n’étaient qu’un partage de son opinion via des monologues, étaient très virulentes et pouvaient prendre des allures de menaces, notamment à l’encontre du maire de New York, Eric Adams, maintes fois critiqué dans ces vidéos. La police a également renforcé la sécurité autour de ce dernier.

S’agit-il d’une fusillade préméditée par un groupe organisé ou un gang ? La police et les autorités de New York s’accordent pour l’instant à dire non. « Il semble avoir agi seul », a déclaré le 13 avril sur MSNBC le maire démocrate Eric Adams, qui a pris ses fonctions le 1er janvier, promettant de lutter contre la criminalité dans la métropole. Le mardi 12 avril, nous avons appris que le suspect avait loué ; seule, la camionnette retrouvée à Brooklyn et dont la clé a été découverte sur les lieux du crime. Ces révélations ont été publiées par le NYPD, accompagnées de photos du suspect afin qu’il puisse être repéré plus facilement. Cette affaire est donc celle d’une enquête progressiste qui distille les informations au compte-goutte : après les photos de mardi, des New-Yorkais ont reçu mercredi 13 avril des messages sur leur téléphone donnant le signalement de cet « homme de 62 ans », en demandant d’alerter la police pour donner toute information utile à l’enquête.

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.