Nouvelles locales

Qui est Grégoire de Fournas, le député ouvertement raciste du RN ?

Fraîchement élu député du Rassemblement national pour la cinquième circonscription de la Gironde, Grégoire de Fournas s’est présenté à la presse comme un « enfant du pays ». Celui qui a rejoint le Front national en 2011 a sciemment omis de préciser son penchant pour les pires discours xénophobes. Ses messages sur les réseaux sociaux, rapidement supprimés après le tollé provoqué par ses propos racistes contre le député Carlos Martens Bilongo, révèlent le racisme ordinaire de l’extrême droite, sapant le prétendu « diabolisation » du parti de Marine Le Pen.

Le 22 octobre 2017, Grégoire de Fournas commentait un tweet du droitier Julien Aubert relatif à un « troisième voie » en matière de politique migratoire, ou, selon lui, « la République qui accueille tous ceux qui aiment la France » (sic). « En Afrique, ils aiment tous la France et ses indemnités. Nous accueillons toute l’Afrique ? ! »s’est étouffé l’élu d’extrême droite.

En réponse à « Herwan Bisca », un utilisateur régulier de Twitter, il a également écrit le 17 septembre 2019 : « Ça choque quelqu’un ? Ai-je aussi le droit de me demander si à Lormont [une commune du département de la Gironde, NDLR] , par exemple, il reste encore des blancs, parce que je ne veux pas être le seul là-bas ? Si Herwan veut être avec des Noirs, il peut aller en Afrique… ». Et la liste est encore longue.

Afrique, les migrants sont au cœur d’une partie des discours qu’il tient depuis 2015 en tant qu’élu d’opposition FN dans le département de la Gironde. Sur une vidéo Twitter (« On ne veut pas de ces migrants dans le Médoc »il lâche prise, avant d’appeler à signer une pétition lancée par ses soins, dénonçant « l’explosion du nombre de mineurs étrangers non accompagnés ».

Trois ans plus tôt, le frontiste, cette fois hostile à l’accueil de 36 exilés, crache dans l’hémicycle : « Quand on voit des réfugiés de guerre, on voit surtout des clandestins, qui viennent en France pour des raisons économiques car ce conseil départemental, parmi tant d’autres, met en place de véritables pompes aspirantes qui font de ce pays un véritable eldorado. social « relais Rue89 Bordeaux, le 17 mars 2017.

La même année, le média d’investigation en ligne publie sur son compte Youtube [vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=xQlY2jpqVG0] une intervention publique de Jacques Breillat, alors président du groupe d’opposition de droite au conseil départemental, lisant à voix haute, captures d’écran à l’appui, les propos racistes et antisémites des amis Facebook de Grégoire de Fournas qu’il n’avait pas jugés opportuns supprimer. « Ça va être dégueulasse, on va être envahi par cette merde » ; « Voyage en avion! Je ne suis pas fâché que les migrants mangent du caviar à ce rythme »; « Ne mélangeons pas les questions s’il vous plaît, maintenant ce sont les Juifs qui nous imposent cette présence détestable, ils sont très silencieux, croyez-moi.

Mais malgré ces propos obscènes, ses positions ouvertement xénophobes, il a représenté le FN aux législatives de 2017. A l’époque, il a échoué face au candidat macroniste Benoît Simian. Grégoire de Fournas a même été investi tête de liste pour les élections municipales à Pauillac. Rebelote, il perd. En 2022, il remporte le second tour des législatives sous la barbe du candidat du Nupes, Olivier Maneiro. Dans l’intervalle entre les deux tours, la candidate Renaissance Karine Nouette-Gaulain n’a donné aucune consigne de vote entre la gauche et l’extrême droite, participant ainsi à la victoire du parti de Marine Le Pen.

Contacté par L’Humanité, Olivier Maneiro s’est dit peu surpris des propos racistes du député RN Grégoire de Fournas : « Ce n’est pas nouveau, nous n’arrêtions pas de le dire pendant la campagne. Je suis étonné de voir que les gens se rendent compte qu’il est raciste, car il ne l’a jamais caché. Tous ceux qui le connaissent bien savent qu’il fait partie de la frange la plus à droite de l’extrême droite. » L’ancien candidat du Nupes raconte une campagne violente : « Il a lancé une campagne de désinformation et d’insultes que j’ai dénoncée à plusieurs reprises dans les médias. Sur sa profession de foi, il y a eu à mon égard des insultes de type islamo-gauchiste, pro-burkini, anti-chasseur. Bref, que des bonnes insultes facho et zéro programme politique.

Rien de nouveau avec ces sorties xénophobes, pour Stéphane Saubusse, ancien conseiller environnemental, qui l’a affronté, pendant six longues années, au conseil départemental de Girondin. » C’était l’enfer se souvient-il, contacté par L’Humanité. Il s’en prenait constamment aux mineurs non accompagnés. Pour lui, la seule solution était de les renvoyer chez eux. Il en va de même pour la coopération décentralisée avec des pays comme le Sénégal, le Maroc ou la Serbie, il a simplement voulu les supprimer.“Pendant des années, les discours de l’élu frontiste n’ont suscité l’indignation de personne dans les rangs du RN. Et, quand Grégoire de Fournas s’est mis à crier « Puisse-t-il retourner en Afrique ! »depuis les bancs du groupe d’extrême droite, ses collègues faisaient bloc derrière lui. Preuve que le racisme fait toujours partie de l’ADN politique du parti de Marine Le Pen.

Lola Ruscio

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page