Nouvelles du Canada

Quelle est la signification des endroits que le pape visitera en Alberta ? | Le pape François au Canada


Le contexte historique de l’Alberta reflète pèlerinage pénitentiel du pape François : la province comptait le plus grand nombre de pensionnats autochtones au pays avec 25 établissements de ce type.

La situation géographique de l’Alberta permet également aux survivants des provinces voisines de se retrouver.

Cet effort de réconciliation des membres de la communauté indigène se reflète dans les lieux que le pape visitera.

Premier arrêt : Maskwacis

Maskwacis, à une heure au sud d’Edmonton, abrite quatre Premières nations cries : Samson, Ermineskin, Montana et Louis Bull.

La communauté autochtone abritait également le pensionnat indien Ermineskin, l’un des plus grands de l’histoire du Canada, qui a fermé ses portes au début des années 1970.

Le pensionnat indien d’Ermineskin a lutté contre des épidémies de tuberculose et de surpeuplement à ses débuts, selon le Centre national pour la vérité et la réconciliation. Selon l’organisation, une quinzaine d’Autochtones y ont perdu la vie.

Photo : Université de la Colombie-Britannique

De nombreux membres des nations du Traité 6 ont résidé dans la colonie, selon George Arcand Jr, ce qui en fait une raison pour laquelle le pape a décidé de visiter ce pensionnat.

« J’étais à la fin du pensionnat », se souvient la survivante Karen Wildcat. D’autres membres de sa famille y vivaient également. Elle dit qu’elle n’a pas vraiment vécu une mauvaise expérience chez Ermineskin, mais les impacts de cet établissement ont particulièrement marqué ses proches.

Il a affecté […] mes parents, nous n’avons pas grandi avec eux, précise-t-elle. Notre famille est restée brisée même lorsque le pensionnat a fermé.

Elle espère que la visite du pape dans sa communauté pourra panser les blessures des autres survivants et des milliers de personnes présentes le 25 juillet lors de sa visite à Maskwacis.

 » J’espère qu’il comprend ce que nous avons tous traversé, ce que nous avons tous traversé »

Une citation de Karen Wildcat, survivante du pensionnat indien Ermineskin.

Edmonton, la porte nord

La signification d’Edmonton est plutôt ténue, explique la professeure adjointe d’études autochtones à l’Université de l’Alberta, Crystal Fraser.

Selon elle, la capitale albertaine est plus un choix logistique qu’un choix symbolique. Edmonton a toujours été connue comme la porte d’entrée du nord [du pays]elle dit.

Plusieurs véhicules stationnés devant l'entrée de l'église Sacred Heart à Edmonton.

Le pape visitera également l’église du Sacré-Cœur des Premiers Peuples, une église autochtone nationale, lors de sa visite à Edmonton.

Photo : Radio-Canada/Cort Sloan/CBC

Sa position permet alors aux survivants des pensionnats situés dans le nord de la province ou des territoires d’accéder facilement à la visite du Pape. Nous savons certainement que le Nord a été l’une des régions les plus touchées par les pensionnats, surtout au 20e siècleElle ajoute.

Un sentiment partagé par le Grand Chef de la Confédération des Premières Nations du Traité 6, George Arcand Jr. Un grand nombre de survivants [des pensionnats pour autochtones] sont toujours en Alberta […] et je crois qu’Edmonton a toujours été un endroit central à considérer pour accueillir des événements.

Edmonton compte également une très importante population autochtone, la deuxième population urbaine en importance au pays.

Les eaux sacrées du lac Ste. Anne

Le Pape terminera sa visite en sol albertain au Lac Ste. Anne. Lac Ste. Anne, Wakamne ou God’s Lake bien avant l’arrivée des colonsdéclare le chef de la Nation sioux Alexis Nakota, Tony Alexis.

Le chef explique qu’avant l’arrivée du christianisme, les aborigènes faisaient de longs trajets pour se ressourcer dans les eaux du lac dont on dit qu’elles ont des vertus curatives. Ce lieu est devenu un lieu de pèlerinage pour des milliers de personnes – autochtones ou non – chaque 26 juillet depuis 1889 dans le cadre de la fête de Sainte Anne.

Une messe lors du pèlerinage du lac Sainte-Anne.

Lac Ste. Anne est considérée comme sacrée depuis de nombreuses générations et est devenue un lieu de ressourcement.

Photo : La Presse canadienne/Ho-Lincoln Ho

Cette combinaison de foi catholique et indigène est à l’image de cette visite du Pape où tout le monde se retrouve, dans l’espoir de comprendre et de guérir, pense Tony Alexis.

Le lac a peut-être contribué sans le savoir à la réconciliation pendant des centaines d’années.

Avec les informations d’Audrey Neveu.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page