Politique

Quel bombardier à eau pour la Sécurité Civile ?


Depuis la fin des années 1970, l’aviation a toujours joué un rôle essentiel dans la lutte contre les incendies de forêt. Mais c’est un marché de niche, où les constructeurs ne se bousculent pas, et cherchent plutôt à transformer des avions commerciaux ou militaires avec des kits, des réservoirs géants installés dans la cabine.

En Occident, le seul véritable constructeur d’avions « bombardiers à eau » est le canadien De Havilland, filiale de Bombardier, constructeur du célèbre Canadair, dont la dernière version, le DHC-515, a fait l’objet de toutes les attentions. , cette semaine, au Farnborough Airshow en Grande-Bretagne.

Le DHC 515, est le successeur du CL415 dont la production a été relancée en mars dernier, suite à une commande groupée de la France, de la Grèce, de la Croatie, de l’Italie, du Portugal et de l’Espagne de 22 bombardiers à eau. Une commande qui s’ajoute à celle passée par l’Indonésie.

L’autre appareil totalement amphibie est russe. Il s’agit du Beriev 200, un gros moteur à quatre réacteurs, capable d’emporter 12 tonnes d’eau, testé en 2018 par la Sécurité civile française, et dont on a pu voir les évolutions impressionnantes, il y a quelques années, lors de la rencontre aérienne de Biscarosse à les Landes. Programme aujourd’hui « listé noir » en raison de la guerre en Ukraine.

La Chine a également mis au point un amphibie aux dimensions gargantuesques, l’AG600, un appareil qui n’en est qu’au stade de test, quant au Japon, il a tenté de vendre à la France, l’US2, un peu similaire au Canadair mais plus à l’aise par mer agitée. .

Pendant longtemps, le plus gros avion bombardier d’eau a été un Boeing 747-400 converti par la société canadienne Evergreen. Mais beaucoup trop cher à exploiter, l’avion a été vendu l’an dernier et transformé en cargo.

Enfin à Toulouse, le groupe d’ingénierie AKKA a mis au point l’an dernier un kit pour transformer temporairement un avion de transport militaire, A400M ou Casa 235 ou Hercules C130 en bombardier à eau. Un kit relativement simple, à condition que l’avion soit équipé d’une porte cargo arrière, qui permettra à un A400M de larguer jusqu’à 20 tonnes d’eau contre 6 actuellement avec un Canadair.



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page