Skip to content
quand rouvriront les discothèques ?


DISCOTHÈQUES. Face à la recrudescence des cas de Covid-19 et à la vague Omicron, le gouvernement a ordonné la fermeture des discothèques pendant sept semaines.

[Mis à jour le 11 janvier à 17h52] Mais quand les boîtes de nuit rouvriront-elles en France ? Après avoir annoncé dans un premier temps quatre semaines de fermeture, le gouvernement a ajouté trois semaines supplémentaires, à partir du lundi 3 janvier et donc, jusqu’au 24 janvier 2022. « Pendant trois semaines il y aura le renouvellement de la fermeture qui les concernera », a précisé Jean. -Baptiste Lemoyne, Ministre délégué chargé du Tourisme et des PME.

Un nouveau coup dur pour les gérants de discothèques, qui ont dû baisser le rideau le 10 décembre. Fin décembre, le Syndicat national des discothèques et des lieux de loisirs, qui dénonce une « stigmatisation » du gouvernement après l’annonce de la fermeture des discothèques, s’est vu refuser sa demande d’annulation de cette mesure par le Conseil d’Etat. « Comme nous le soupçonnions, le Conseil d’État a rejeté notre demande d’annulation de la fermeture des discothèques », peut-on lire dans un communiqué.

Poure SNDL, cette fermeture des établissements de nuit est une « stigmatisation », une « discrimination », une mesure inutile qui n’est pas justifiée par « aucun élément sanitaire avéré ». « Ce sont ces lieux dans lesquels aucun cluster n’est apparu depuis des mois, que le Gouvernement a décidé de fermer », peut-on lire dans ce document, dans lequel il est conclu : « la conséquence est déjà connue : reprise de l’épidémie en janvier et poursuite de la fermeture ! »

Pour tenter de freiner la propagation du Covid-19 en France, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la fermeture des discothèques pour une durée de quatre semaines, du vendredi 10 décembre au jeudi 6 janvier 2022 inclus, avant de les prolonger de trois semaines supplémentaires. Une annonce fortement contestée par les professionnels du secteur, faite à l’issue d’un nouveau Conseil de Défense à l’Elysée ce lundi 6 décembre.

Dans un communiqué en date du mardi 13 décembre, le Syndicat national des discothèques et des lieux de loisirs (SNDLL) a annoncé avoir saisi le Conseil d’Etat d’une mesure qu’il juge « arbitraire ». Et si les gérants d’établissements de nuit dénoncent une différence de traitement avec d’autres secteurs, le gouvernement a ajouté que les « activités de danse » seront également interdites « jusqu’au 6 janvier inclus », ce qui signifie qu’il sera interdit de danser dans les bars et restaurants, ce qui restent ouverts pour le moment.

« Le virus circule beaucoup chez les jeunes et le port du masque est difficile dans ces lieux. Nous le faisons aussi par cohérence avec le message général de prudence », a fait valoir Jean Castex, annonçant que le gouvernement soutiendrait « économiquement les entreprises concernées (. ..) autant qu’il le faudra. » Le chômage partiel sera réintégré dans le secteur de l’événementiel et de la vie nocturne, annonce Elisabeth Borne sur LCI. « Je veux vraiment les rassurer : nous allons mettre en place une activité partielle, un soutien à 100% donc sans aucun coût restant pour l’employeur, pour continuer à protéger les emplois », a assuré le ministre.

Les discothèques, fermées depuis seize mois, n’avaient rouvert que le 9 juillet, avec un protocole strict. Protocole auquel le masque a été rajouté après une allocution du ministre de la Santé le 25 novembre 2021. Les discothèques figuraient parmi les lieux où le taux de contamination au Covid-19 est le plus élevé.

Comme le révèle le nouveau volet de l’étude ComCor de l’Institut Pasteur relayé par Le Parisien, les soirées privées, bars et discothèques ressortent comme les plus à risque : chez les moins de 40 ans, le risque de contamination augmente de 340 % (150 % pour les plus de 40 ans) par rapport à une personne qui n’est pas allée en boîte de nuit. A titre de comparaison, un voyage en voiture avec d’autres personnes augmente le risque de 30%. C’est avec cette étude que le gouvernement justifie la fermeture des boîtes de nuit.

Le jeudi 25 novembre, deux semaines avant la fermeture des discothèques, Olivier Véran a annoncé le retour du masque obligatoire dans tous les lieux couverts. Y compris si leur accès est déjà soumis à présentation du pass sanitaire. La loi n’imposait plus le port du masque dans les lieux intérieurs où le pass sanitaire était demandé depuis fin juillet (chaque opérateur restait libre de le faire). Le masque a donc fait un retour dans les boîtes de nuit à partir de vendredi 26 novembre. Un petit répit puisque les boites de nuit ont fermé leurs portes quelques jours plus tard…

Les discothèques et discothèques ont fermé en mars 2020, conformément aux mesures gouvernementales prises pour endiguer la pandémie de coronavirus en France. Si les restaurants, cinémas, musées et théâtres avaient rouvert les premiers, tout comme les clubs libertins ou les cafés dansants, les gérants d’établissements de nuit avaient attendu plus longtemps le feu vert du gouvernement.

Après des mois d’incertitude, la date du 9 juillet était finalement celle de l’ouverture, après avoir été confirmée par le gouvernement, Alain Griset, ancien ministre chargé des Petites et moyennes entreprises. Selon les calculs du SNDLL (Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs), sur les 1 648 discothèques en France avant la pandémie, 25 % étaient en difficulté à la réouverture, et 131 en liquidation judiciaire. Seules 1 500 discothèques auraient pu rouvrir. Leur refermeture est un nouveau coup dur pour la profession.

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.