Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

Punaises de lit signalées dans le métro parisien par un chef de ligne


 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Dans les cinémas, les trains ou encore les métros, les signalements de la présence de cet insecte se sont intensifiés ces derniers jours. À tel point que les professionnels commencent à s’inquiéter.

La chasse est lancée. Après avoir envahi les cinémas parisiens et les trains nationaux, les punaises de lit ont-elles investi les transports en commun ? Le doute règne, puisqu’un signalement vient d’être fait par un conducteur de train de la ligne 8 (Balard-Créteil), qui explique avoir trouvé ces parasites dans sa cabine, selon les informations du Parisienconfirmé par Le Figaro. Un soupçon de présence pris très au sérieux par la RATP, qui a annoncé que le matériel roulant concerné était «a quitté le service commercial pour être évalué« .

Mais est-ce vraiment possible ? Sans aucun doute, répond un syndicaliste de la branche FO de la RATP, qui explique que leur multiplication est notamment favorisée par «les tissus de certains fauteuils qui permettent aux animaux de s’y glisser et d’y pondre« . Sans tenir compte, selon lui, que « les voyageurs ne sont pas toujours très propres« . En attendant confirmation, ces signalements à la chaîne inquiètent les voyageurs, nombreux sur les réseaux sociaux, à examiner scrupuleusement leur siège avant de s’asseoir.

Contactée ce jeudi matin, la RATP s’est défendue et a promis que « à ce jour, aucun cas avéré de punaises de lit n’a été constaté» ni dans le métro, ni dans les RER, tram et bus. Et si un rapport a effectivement «a été menée ce mercredi 27 septembre concernant une suspicion de présence de punaises de lit dans la cabine de conduite d’une rame de la ligne 8« , le train a « été sorti du service commercial pour être évalué« , Et ça, « conformément au protocole prévu« . « Il sera traité par une entreprise spécialisée si la présence du ravageur est avérée.», ajoute le groupe, qui précise qu’il s’agit «particulièrement vigilant» concernant ces parasites.

Mais à ce sujet, ce n’est pas Stéphane Bras, porte-parole national de la CS3D (Chambre syndicale de lutte contre les rongeurs, de désinfection et de désinsectisation), qui saura rassurer les plus inquiets. Selon lui, « il n’y a aucune raison pour que les transports publics soient épargnés« , alors que « on assiste à une augmentation des cas avérés de signalement, à une mini-explosion des cas qui se propage« .

Aucun secteur n’est épargné

Pour le spécialiste, leur présence est ainsi possible »partout où vivent les humains« . « Ce phénomène est présent dans toute la société. L’humain est à la fois le véhicule et le garde-manger de la punaise de lit (…) donc automatiquement, elle prend le transport« , il explique. Et aucun secteur n’est épargné selon son expérience puisque des punaises de lit ont déjà été trouvées »dans les crèches, les écoles, les maisons et les hôpitaux« , Et « également dans les environnements tertiaires, dans les espaces de bureau et de coworking« .

« Cela fait plusieurs années que nous alertons sur la résurgence des punaises de lit.», rappelle encore une fois Stéphane Bras, pour qui le risque «n’a sans doute pas été pris à sa juste valeur« . Le spécialiste estime notamment que ce problème « doit être contrôlé au niveau de l’entreprise« , et que c’est absolument nécessaire « que le risque est connu, et que les mesures d’anticipation et de traitement sont plus nombreuses« . Il recommande notamment de mettre en œuvre « une grande campagne pédagogique à l’échelle nationale» et invite le grand public à adopter «une attitude de prudence et d’anticipation», en inspectant systématiquement vos vêtements après être allé au cinéma ou avoir pris le métro.

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page