Nouvelles locales

Protéger les enfants en ligne : les parents doivent s’impliquer

« La sécurité numérique des enfants au Maroc » était le thème d’une rencontre organisée ce mardi 27 septembre à Casablanca par Kaspersky. Les participants à cette rencontre ont souligné l’importance du rôle des parents dans la protection de leurs enfants contre les dangers d’Internet.

Internet fait partie intégrante de notre vie. Et nos enfants sont nés avec le web. Il est pratiquement impossible de les empêcher d’utiliser des objets connectés. Ils l’utilisent quotidiennement pour étudier, apprendre de nouvelles choses, communiquer, s’amuser… Mais cela les expose malheureusement à divers dangers comme la cybercriminalité et le cyberharcèlement. C’est pourquoi il est très important de sensibiliser les enfants et les adolescents aux risques encourus sur Internet. A cet effet, Kaspersky a organisé, mardi 27 septembre à Casablanca, une rencontre sur le thème « La sécurité numérique des enfants au Maroc ». Cette rencontre a été l’occasion de rappeler les résultats de la dernière enquête menée par Kaspersky sur la perception des parents des activités en ligne de leurs enfants. On souligne ainsi que 9 parents sur 10 se disent dépassés par leur progéniture en matière de numérique, 78% d’entre eux pensent ne pas être suffisamment informés sur la manière de protéger leurs enfants des dangers du web et 60% déclarent que ils ne font pas confiance à leurs enfants dans l’utilisation responsable des appareils et du contenu numériques. Moins d’un parent sur deux a déjà utilisé un système de contrôle parental et concernant les contenus à caractère sexuel, 9% des parents marocains reconnaissent que leurs enfants sont régulièrement la cible de ce type de contenus.

« Il est clair que les parents ne sont pas suffisamment impliqués pour assurer la bonne protection de leurs enfants en ligne. Ce problème est malheureusement très sous-estimé au niveau national. Les parents doivent assumer leur responsabilité en surveillant de plus près l’activité de leurs enfants sur Internet et en les sensibilisant », a déclaré Youssef Bentaleb, président du Centre marocain de recherche et d’innovation polytechnique (CMRPI). « Des efforts doivent également être faits en matière d’éducation au numérique. Des initiatives ont été lancées par le Ministère de l’Education Nationale, du Préscolaire et des Sports, au niveau de la direction de la filière Ingénieur, en partenariat avec le Centre Marocain de Recherche Polytechnique et d’Innovation et le Conseil de l’Europe dans le cadre de l’Espace Maroc Cyberconfiance. Ces programmes, lancés avec le soutien d’entreprises du numérique comme Instagram et Kaspersky, visent à instaurer cette culture de la vigilance numérique dans les écoles, et à lutter contre la cyberviolence et le cyberharcèlement en milieu scolaire », a-t-il ajouté. Le président du CMRPI a également souligné que des campagnes de sensibilisation sur les risques numériques et des formations pour les enseignants sont régulièrement organisées.
Cet événement a également été l’occasion d’annoncer le lancement prochain d’un centre de signalement et d’une ligne d’écoute pour les enfants victimes de cyberviolence, initiés par la plateforme Espace Maroc Cyberconfiance.

De son côté, Kaspersky a présenté la nouvelle version de l’un de ses meilleurs outils de protection de l’enfance en ligne « Safe Kids 2022 ». Ce dernier contribue à la protection des mineurs lorsqu’ils sont en ligne et hors ligne en bloquant l’accès aux contenus inappropriés ou dangereux et en définissant une limite de temps d’utilisation pour chaque enfant et appareil. Il aide également à localiser les enfants grâce au suivi GPS et alerte les parents lorsque les enfants sont hors de la zone de sécurité prédéfinie.

—————————

Questions au président du CMRPI et initiateur de l’Espace Maroc Cyberconfiance

Youssef Bentaleb : « Des efforts doivent encore être faits dans la sensibilisation et l’éducation au numérique »

Quels sont les principaux dangers auxquels sont exposés les enfants sur Internet ?

Internet est avant tout un espace qui offre d’importantes opportunités aux enfants pour apprendre, s’amuser, communiquer entre eux, mais compte tenu de leur jeune âge et de leur méconnaissance des règles élémentaires de cybersécurité, ils peuvent facilement être victimes de personnes mal intentionnées. En effet, lorsqu’ils sont en ligne, les enfants s’exposent à divers dangers : vol de données personnelles, piratage de comptes de jeux en ligne, usurpation d’identité sur les réseaux sociaux, publication de photos et vidéos intimes ou privées, cyberharcèlement ou teasing, voire encore exploitation sexuelle en ligne ou voire le recrutement dans des gangs criminels… sans parler des répercussions d’une surexposition sur leur santé physique et mentale.

Le Maroc a-t-il les moyens nécessaires pour les protéger ?

D’un point de vue juridique, le Maroc dispose d’un bon arsenal pour lutter contre la cybercriminalité infantile et protéger les enfants en ligne. En effet, le Maroc a ratifié la convention internationale de Budapest sur la cybercriminalité ainsi que son protocole additionnel. Cette convention représente un instrument essentiel de coopération internationale dans la lutte contre la cybercriminalité. En effet, pour assurer une bonne protection des enfants en ligne, nous avons besoin d’une collaboration entre les services de protection des différents États. Le Maroc a également signé la convention de Lanzarote sur la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle, qui couvre, entre autres, l’aspect numérique. Le Royaume a également adopté la loi 103.13 relative à la lutte contre les violences faites aux femmes, qui a été la première à aborder le problème du cyberharcèlement, en précisant le cas des mineurs, ainsi que la loi 27-14 qui prévoit des peines pour les personnes impliquées dans des affaires de traite des êtres humains, notamment enfants en ligne. * Il est également important de noter que le Maroc dispose de services spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité au niveau de la Direction Générale de la Sûreté Nationale et de la Gendarmerie Royale. Sans oublier la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information (DGSSI), qui veille à la cybersécurité globale de l’État. Ainsi, de manière générale, le Maroc est en avance en termes de moyens juridiques et organisationnels pour protéger les enfants en ligne. Par contre, un gros effort reste à faire au niveau de la prévention, notamment sur le volet sensibilisation et accompagnement des enfants victimes en impliquant les parents. Un effort doit être fait au niveau de l’éducation numérique.

Quels conseils pouvez-vous donner aux parents pour mieux éduquer leurs enfants ?

N’hésitez pas à vérifier en permanence ce que font vos enfants sur Internet ! C’est le premier conseil que nous pouvons donner aux parents. Ces derniers sont en effet appelés à assumer leur responsabilité vis-à-vis de leurs enfants lorsqu’ils sont en ligne. Après leur avoir fourni un smartphone ou un ordinateur connecté à Internet, les parents doivent être conscients des risques et dangers encourus par leurs enfants. Ils ne peuvent pas être laissés seuls dans un monde virtuel face à des personnes du monde entier, y compris des cybercriminels. Les parents doivent protéger leurs enfants des contenus et sites inappropriés pour les mineurs. Selon l’enquête publiée en 2021, par le CMRPI, seuls 25% des enfants se tournent vers leurs parents lorsqu’ils rencontrent des problèmes en ligne, la plupart préfèrent se taire ou parler à leurs pairs de leurs problèmes en ligne, cela revient à dire qu’un effort de communication est fondamental. Il est souvent recommandé aux parents d’essayer de comprendre l’environnement numérique et de participer à des activités en ligne avec leurs enfants.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page