Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Programme First Tee au golf junior : Quand un enfant trouve sa voie dans le sport


Zoé est tombée dans le monde du golf dès sa naissance. Elle vient d’une famille de sportifs, mais ses intérêts peuvent être un peu surprenants. Artiste dans l’âme, elle se retrouve davantage dans le dessin et la danse. Curieusement, elle s’amuse aussi beaucoup à tenir un club de golf.

La jeune fille de neuf ans a appris les bases de ce sport après son deuxième anniversaire. Une visite « obligatoire » puisque papy est propriétaire du club de golf public Les Rivières, en Mauricie. Toute la famille s’y met. Maman a aussi grandi sur le terrain avec son père Michel.

Pour les Comeau, le golf est un sport familial. Une façon de passer du temps de qualité ensemble. C’est ce qui attire l’attention de la petite fille espiègle et la pousse à attraper son sac et à aller frapper la petite fille blanche.

« J’aime ce sport parce que je peux jouer avec mes amis, ma famille et des personnes de tous niveaux. Il vient me chercher », dit-elle en répondant aux questions du Journal avec sa mère, Audrey-Ann. Elle aime particulièrement frapper des balles sur le terrain d’entraînement et jouer sur les greens, où elle veut que tout se passe bien.

Ne jamais abandonner

« Le golf séduit Zoé pour les alternatives qu’il propose. Elle vient de terminer son premier été de camp avec des cours collectifs et j’ai constaté un grand développement », raconte la maman qui agit comme enseignante au club.

Audrey-Ann Comeau enseigne les bases du golf à sa fille Zoé, âgée de 9 ans.

Photo gracieuseté d’Audrey-Ann Comeau

Selon sa mère, Zoé est une petite fille rationnelle, réservée et méticuleuse. Le golf lui permet de s’appliquer et d’apprendre des leçons de vie.

« Au début, elle s’est vite découragée car elle n’y parvenait pas immédiatement. Mais au fil du temps, en regardant ses amis vivre le même processus, j’ai observé une petite fille qui n’abandonnait pas. Ce sport est un véritable défi mental. Cela permet de comprendre que la perfection n’existe pas », explique Audrey-Ann.

Un nouveau programme

Dans ses tâches quotidiennes au club, elle s’occupe entre autres des cliniques pour les juniors, mais aussi du programme First Tee – Premier Départ Québec. Le golf Les Rivières fait partie des 12 établissements qui l’ont rejoint à travers la province.

Inspiré du modèle américain populaire, ce programme sportif vise à enseigner des leçons de vie et des compétences en leadership aux jeunes âgés de 7 à 14 ans et plus. Il s’articule autour de programmes sportifs, scolaires et communautaires afin d’intéresser davantage d’enfants et d’adolescents au sport.

A travers des activités ludiques, Zoé participe depuis deux ans, ce qui lui permet de progresser tant sur les fairways et les greens que dans sa vie. En plus de ses compétences artistiques, elle a une corde supplémentaire à son arc.

Et qui sait si, plus tard, elle ne suivra pas les traces de maman et grand-père en se consacrant pleinement au golf.

Le programme First Tee fait face à de multiples défis

Le programme First Tee en est encore à ses balbutiements. Si l’on en croit les résultats prometteurs aux États-Unis, il s’agit d’une initiative florissante. Les clubs de golf du Québec doivent encore lever la main pour permettre aux jeunes de s’initier à ce sport dans leurs installations.

Jusqu’à présent, 12 des quelque 350 clubs de golf de la province ont ouvert leurs bras au First Tee. Les grandes régions de Montréal et de Québec n’en ont pas.

Le directeur des programmes, Jérémy Proteau, privilégie pour l’instant la qualité à la quantité. Dans sa philosophie, il estime que les clubs doivent accepter la diversité pour franchir le pas. Car dans un sport conservateur comme le golf, la réticence au changement est le principal obstacle.

« Nous devons ouvrir les portes et trouver les bonnes personnes pour rendre le sport accessible. L’acceptation de la diversité est le critère essentiel. Nous voulons des partenaires qui croient au projet. Il faut pardonner que l’étiquette ne soit pas suivie à la lettre. Les jeunes apprennent et appliquent l’éthique du golf », a expliqué celui qui travaille fort pour trouver des clubs prêts à l’accompagner dans l’aventure.


Zoé Clément est entrée dans le monde du sport grâce au golf.  Elle peut désormais apprendre et s'amuser sur les greens grâce au programme First Tee.

Jérémy Proteau est le directeur général du programme junior First Tee au Québec depuis 2022.

Photo gracieuseté du programme First Tee

Dans les communautés et les écoles

En plus des approches de club, le sport est également intégré dans plus de quarante écoles et programmes communautaires à travers la province. Atteindre les masses est un autre défi majeur. Actuellement, environ 10 000 jeunes s’emparent d’une manière ou d’une autre d’un bâton pour frapper la petite balle blanche.

Si ce programme permet aux jeunes de découvrir leur force intérieure, leur confiance et leur résilience, à l’image de la jeune Zoé Clément, il leur apprend aussi à les appliquer dans toutes les sphères de leur vie.

Attirer davantage de jeunes vers ce sport permettrait aussi de préparer la relève et qui sait, trouver une potentielle première star québécoise à atteindre le circuit de la PGA, si cela n’a pas déjà été fait d’ici là.

« C’est une question de chiffres. Un plus grand nombre de golfeurs signifie aussi plus de chances de former de grands athlètes qui atteindraient ce niveau», a rappelé Proteau, lui-même du programme des Carabins de l’Université de Montréal.

Un donateur qui croit au projet

Marc Villeneuve évolue dans le monde du golf et du sport depuis des décennies. Il a décidé de monter à bord de l’équipage du navire First Tee pour aider le programme à attirer les jeunes. Sa motivation dépasse les limites du sport.

Quiconque fait carrière dans la finance estime que le golf permet d’apprendre d’importantes leçons de vie.

« Nous parlons d’éthique, de confiance et de discipline. Dans le monde de l’entreprise, ce sont des valeurs qu’il faut redécouvrir. Le but de ce programme est, entre autres, de leur apprendre cela.

« Quel autre sport oblige un joueur à tirer un penalty si une règle n’est pas respectée ? il s’est ensuite interrogé sur les vertus du golf. Nous ne pouvons pas prétendre que les jeunes appliqueront ces principes et valeurs toute leur vie, mais ils connaîtront leur existence. Le sport prépare les dirigeants de demain. »

Meilleure accessibilité

En tant que l’un des précieux donateurs du programme, Villeneuve croit également qu’en rendant le sport plus accessible dans l’industrie, ce programme pourrait trouver un véritable diamant.

« L’objectif est de développer et d’outiller les jeunes. Ils ne s’adressent pas tous à l’élite. Mais grâce à la force du nombre, nous pourrions en trouver un. Le talent trouve toujours l’argent pour atteindre le plus haut niveau. C’est encore plus vrai au golf.

Issu d’une famille qui ne jouait pas au golf, il a fait ses premiers pas dans la discipline comme caddie au club de golf Cap-Rouge à l’âge de 12 ans. Sans cette expérience, il n’aurait jamais pratiqué ce sport.

« Le golf a été ma première activité. Je transportais deux sacs de golf pendant deux tours presque tous les jours. Cela m’a donné 22 $. Et à 15 ans, cet argent a servi à payer mon premier voyage, raconte-t-il.

« J’espère que First Tee enseigne la même chose aux jeunes. Qu’il vous apprenne à travailler, à vous équiper et à ne jamais abandonner pour obtenir ce que vous désirez.

journaldemontreal

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page