Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europe

Pourquoi Petrostate UAE se lance-t-il dans l’hydrogène vert ?

Les Émirats arabes unis ont annoncé leur ambition de devenir l’un des principaux développeurs mondiaux d’énergies renouvelables et un centre commercial central pour l’hydrogène vert lors de la Semaine de la durabilité d’Abu Dhabi (ADSW) la semaine dernière.

Pour y parvenir, il vise à produire 100 gigawatts d’énergie verte d’ici 2030, dont 25 % seront utilisés pour créer de l’« hydrogène vert ». Intéressant, c’est le moins qu’on puisse dire, pour un pays qui dépend de la vente d’énergies fossiles pour sa prospérité.

Voici quelques-unes des questions les plus pertinentes à considérer :

Qu’est-ce que l’hydrogène vert ?

L’hydrogène est produit avec du charbon et du gaz et est utilisé pour la production d’acier, d’aluminium ou comme substrat pour certains produits chimiques et d’ammoniac. Ces filières sont difficilement électrifiables directement, il faut donc développer l’hydrogène vert grâce au solaire et à l’éolien.

L’hydrogène vert a été décrit comme le « couteau suisse » de la transition et a été proposé pour un large éventail d’applications. Il pourrait notamment stocker de l’énergie comme alternative aux batteries. Il pourrait également remplacer certains combustibles fossiles utilisés dans le camionnage longue distance, dans l’aviation ou le transport maritime.

Il est important de noter que l’hydrogène vert n’existe pas encore commercialement. Selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, environ 120 millions de tonnes d’hydrogène fossile sont produites chaque année, ce qui équivaut à 14,4 exajoules (EJ) ou environ 4 % de la consommation finale mondiale d’énergie. Remplacer l’approvisionnement existant par de l’hydrogène renouvelable consommera plus d’énergie solaire et éolienne que ce qui est actuellement installé dans le monde, et on estime qu’il représentera 15 à 20 % de la consommation finale d’énergie renouvelable d’ici 2030.

Remplacer l’hydrogène fossile par de l’hydrogène vert est déjà « une tâche époustouflante », a conclu l’ingénieur chimiste senior Paul Martin, en faisant une large application au-delà de son utilisation industrielle de niche actuelle, économiquement et techniquement « très, très difficile à imaginer ».

Pourquoi un État pétrolier investirait-il dans des infrastructures non fossiles ?

La Chine, les États-Unis et l’UE ont tous annoncé de grands projets d’hydrogène vert. L’Europe, en particulier, s’appuiera également sur des producteurs externes et prévoit d’importer 10 millions de tonnes de ce produit d’ici 2030.

Les EAU prévoient de produire 1 million de tonnes d’ici 2030, ce qui en fera un partenaire régional important à l’avenir. Le 13 janvier, Masdar, la principale entreprise d’énergie propre du pays, et le port d’Amsterdam ont signé un protocole d’accord pour explorer une chaîne d’approvisionnement en hydrogène vert reliant les États du Golfe à l’Europe.

Un marché mondial de l’hydrogène n’existe pas encore. Parce que les molécules sont plus petites que le gaz, il est difficile et coûteux de les transporter. Mais le département de l’énergie des Émirats arabes unis a déclaré qu’il visait à devenir une plaque tournante centrale reliant « l’Ouest et l’Est et le Nord et le Sud ». Le gouvernement des Émirats arabes unis affirme qu’il est particulièrement bien placé pour le faire car il a la « crédibilité financière », l’accès à l’une des sources d’énergie solaire les moins chères au monde et il dispose de suffisamment d’espace pour construire une grande installation solaire dans le désert.

Alors, qu’est-ce que les EAU essaient d’accomplir vis-à-vis de l’UE ?

L’Europe veut s’approvisionner en hydrogène dans le monde entier car elle ne prévoit produire que la moitié des besoins de son industrie. Les Émirats arabes unis jouent là-dedans, espérant pouvoir revendiquer leur place sur un marché lucratif. Bénéficiant des prix élevés du pétrole et du gaz, les États du Golfe prévoient d’investir leurs pétrodollars (50 milliards d’euros) dans des installations d’hydrogène renouvelable et vert dans les années à venir, jetant les bases d’un futur réseau mondial d’échange d’hydrogène vert, avec l’Europe comme l’un de ses partenaires. marchés principaux.

À cette fin, elle conclut déjà des accords avec des acteurs majeurs de l’UE. Masdar et le géant gazier allemand Uniper prévoient de construire un géant de production d’hydrogène propre destiné à l’exportation aux Émirats, qui devrait être mis en service en 2026. Il a signé un accord similaire de 5 milliards d’euros avec le service public français Engie et a pris une participation dans un Projet dirigé par BP pour fabriquer de l’hydrogène vert à Teeside, en Angleterre, entre autres.

Pourquoi cela pourrait-il être un problème ?

Les Émirats arabes unis sont le premier État pétrolier du Moyen-Orient à se fixer un objectif net zéro pour 2050, mais on ne sait pas encore comment il vise à y parvenir car il prévoit également d’investir 127 milliards de dollars. [€116bn] dans l’expansion de la production de combustibles fossiles.

Les Émirats arabes unis insistent sur le fait qu’ils peuvent augmenter la production de pétrole tout en la compensant en exportant des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert, une affirmation non étayée par la science ou l’AIE qui a conclu qu’aucun nouveau gisement de pétrole et de gaz ne devrait être nécessaire dans le cadre de sa voie nette zéro.

Et même s’il est généralement admis que l’hydrogène vert est nécessaire pour atténuer les secteurs difficiles à réduire, ce n’est pas une source d’énergie en soi et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables a averti que le déploiement de l’hydrogène vert ne devrait pas déplacer une utilisation plus efficace des énergies renouvelables et augmenter les combustibles fossiles ailleurs. L’absence de normes techniques et commerciales et la complexité envisagée des chaînes d’approvisionnement mondiales pourraient également conduire à un mélange d’hydrogène fossile et d’hydrogène vert.

Un problème supplémentaire est que la vision de l’hydrogène vert des EAU reproduit bon nombre des pires pratiques des chaînes d’approvisionnement en combustibles fossiles. Par exemple, Masdar envisage que l’Afrique devienne un exportateur majeur d’hydrogène vert, les deux tiers de la production potentielle devant aller aux « centres de demande » tels que l’Europe ou les États-Unis, une politique amplifiée par la propre stratégie européenne de l’hydrogène.

S’exprimant à l’ADSW, Wale Shonibare, directeur de l’énergie à la Banque africaine de développement, a averti que le déploiement d’installations d’hydrogène vert devrait renforcer les industries locales et ne pas répéter les erreurs passées « Made-with-Gas » en construisant des projets uniquement dans le but d’exportation de matières premières.

Pourtant, aux Émirats arabes unis, Masdar donne précisément la priorité à cela, enracinant ainsi un système qui délègue aux pays en développement le rôle de fournisseur de ressources – un système qui a laissé 800 millions de personnes sans électricité ni centres de production en activité – et pourrait se faire au détriment de leur propre industrialisation verte.

EUobserver était à Abu Dhabi dans le cadre d’un voyage tous frais payés par Masdar Clean Energy

euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page