Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Pourquoi la coalition allemande sans vie ne mourra pas – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

BERLIN — Le chancelier allemand Olaf Scholz a fait une promesse simple aux Allemands après son entrée en fonction : « Vous ne marcherez jamais seul. »

Scholz, un social-démocrate, a emprunté l’expression de l’hymne du club de football de Liverpool et l’a invoquée, comme un mantra, dans des moments de tension, comme lorsque la Russie a interrompu les livraisons de gaz naturel à l’Allemagne, faisant grimper les prix.

Pourtant, après deux ans au pouvoir, c’est Scholz qui marche de plus en plus seul au milieu d’une série de crises qui ont ébranlé et divisé sa coalition à trois avec les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP), conservateur en matière budgétaire, incitant les électeurs à se demander si le chancelier est à la hauteur et si son gouvernement doit exercer un mandat complet de quatre ans.

Pour ajouter l’insulte à l’injure, Scholz a reçu une nouvelle dose de COVID juste à temps pour Noël. Après une année au cours de laquelle le chancelier allemand a failli se crever un œil et remporter la distinction douteuse d’être le chancelier le moins apprécié de l’histoire moderne de son pays, l’infection ressemblait presque à un sursis.

Le répit ne durera pas. L’année à venir s’annonce comme une autre Annus horribilis.

Délivrance

La coalition tripartite de Scholz a accédé au pouvoir grâce à sa promesse de sortir la plus grande économie d’Europe de la torpeur de l’ère Merkel.

Deux ans après le début du mandat de quatre ans du gouvernement, la seule délivrance que la plupart des électeurs attendent est celle de Scholz et de son alliance capricieuse. Le soutien total des partis est tombé à seulement 33 pour cent dans le dernier sondage de référence réalisé par la chaîne publique allemande ARD, contre 52 pour cent lors des dernières élections. L’opposition démocrate-chrétienne est à elle seule en retard d’un point, avec 32 pour cent.

Au début de son mandat, Scholz a reçu des éloges pour avoir déclaré l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie comme un Tendance du temps, un tournant historique qui a obligé l’Allemagne à reconstruire ses forces armées meurtries. La coalition a également progressé dans l’adoption d’une législation visant à accomplir la tâche monumentale consistant à sevrer l’Allemagne des combustibles fossiles.

Mais elle a moins bien réussi à déterminer comment financer cette transformation, dont les experts mettent en parallèle l’ampleur d’autres tâches gigantesques, telles que la reconstruction et la réunification de l’Allemagne d’après-guerre.

En effet, la mise en œuvre s’est avérée être le point faible du gouvernement et celui-ci a trébuché d’un objectif à l’autre, culminant avec la décision politique du mois dernier. Supergau (effondrement), déclenché par la conclusion de la Cour constitutionnelle selon laquelle le cadre budgétaire de la coalition était illégal.

Cette décision a privé le gouvernement de centaines de milliards de fonds hors bilan placés dans des « fonds spéciaux » qu’il espérait exploiter dans les années à venir, laissant ainsi l’ensemble du programme législatif de la coalition dans le désarroi.

Guerrier fiscal

Une telle décision serait un coup dur pour tout gouvernement. Mais étant donné la nature disparate de la coalition de Scholz, trouver une solution s’avère d’autant plus difficile.

Avec ou sans le FDP, Scholz n’a toujours pas de solution pour financer le programme législatif de la coalition | Tobias Schwarz/AFP via Getty Images

Le plus grand défi de Scholz est de convaincre le leader du FDP Christian Lindner, le ministre des Finances, qui se considère comme le garant de la rectitude budgétaire. Il refuse d’accorder à ses partenaires carte blanche en levant le frein constitutionnel à l’endettement de l’Allemagne en 2024 pour compenser l’argent que le tribunal a déclaré interdit.

Le problème est que sans ces fonds, la base de la coopération entre les parties s’est pour l’essentiel évaporée. Une grande partie de l’argent était destinée à subventionner tout, des panneaux solaires aux stations de recharge pour véhicules électriques en passant par les pompes à chaleur. Sans ce soutien, les investisseurs et les consommateurs ne sont guère incités à se tourner vers des alternatives énergétiques plus vertes.

Pour calmer les nerfs avant les vacances de Noël, Scholz et ses homologues des Verts et du FDP ont convenu après une réunion qui a duré toute la nuit d’appliquer ce qui pourrait être décrit comme un pansement pour arrêter l’hémorragie du budget. Le trio a présenté son accord comme un compromis qui ouvrirait la voie à un budget 2024.

Cependant, quelques jours plus tard, les responsables des trois partis ont commencé à remettre en question des aspects clés de l’accord, suggérant que la coalition passerait le premier mois de 2024, voire plus, à essayer d’élaborer un budget pour l’année en cours. En attendant, le gouvernement sera contraint de se contenter d’un budget d’urgence basé sur ce qu’il a dépensé en 2023.

Ce qui irrite de nombreux électeurs, c’est que Scholz ait mis le gouvernement dans cette position au départ. La comptabilité créative était son idée, une idée qu’il a mise en œuvre sans plan de repli, même s’il savait qu’il y avait une chance que le tribunal déclare son pari illégal.

Ambiance de Weimar

Dans de nombreux pays, une telle crise entraînerait l’effondrement du gouvernement. Ce n’est pas le cas en Allemagne.

Pour le meilleur ou pour le pire, les gouvernements allemands sont presque impossibles à tuer.

Afin d’éviter une répétition de la politique désordonnée de l’époque de Weimar, qui a contribué à la montée des nazis, les auteurs de la Loi fondamentale allemande d’après-guerre ont cherché à assurer la stabilité en créant un système politique qui exigeait une résolution rapide des conflits avec le moins de perturbations possible.

En tant que tels, ils ont placé la barre haute pour des élections anticipées. Seul le chancelier a le pouvoir de convoquer un vote de confiance au Parlement, par exemple, et seul le président peut convoquer de nouvelles élections.

C’est pourquoi les votes de confiance en Allemagne sont rares (il n’y en a eu que cinq) et constituent généralement des mesures tactiques prises par les chanceliers cherchant à renforcer leur position politique.

Le seul cas où un chancelier a été démis contre son gré a eu lieu en 1982, lorsque le FDP a abandonné son alliance avec le Parti social-démocrate (SPD) du chancelier Helmut Schmidt, le forçant à convoquer un vote de confiance qu’il a perdu.

Le FDP a changé d’allégeance aux chrétiens-démocrates (CDU) de centre-droit d’Helmut Kohl et celui-ci est devenu chancelier sans nouvelles élections. Kohl, désireux d’obtenir le soutien ferme de l’électorat, a convoqué un autre vote de confiance peu après son entrée en fonction, s’assurant qu’il le perdrait afin de pouvoir demander au président de convoquer des élections anticipées.

La tactique a fonctionné ; Le parti de Kohl a remporté les élections et il est resté chancelier jusqu’en 1998.

Dans un contexte de faiblesse économique, le gouvernement Scholz doit également faire face à un nombre toujours élevé de nouveaux demandeurs d’asile | Christof Stache/AFP via Getty Images

Épée de Damoclès

Contrairement à Schmidt, Scholz n’a pas à s’inquiéter du départ du FDP pour former une nouvelle coalition avec la CDU, pour la simple raison qu’il n’aurait pas suffisamment de voix pour le faire. Le FDP a remporté 11,5 pour cent des voix lors des dernières élections, tandis que la CDU en a recueilli 24 pour cent, ce qui place le duo bien loin de la majorité.

Cela dit, certains observateurs estiment que la crise perpétuelle au sein de la coalition de Scholz pourrait inciter le FDP, qui oscille autour de 5 pour cent dans les sondages, à quitter le navire. Il y a déjà une vague de fond au sein du parti appelant à une sortie. Les rebelles ont récemment collecté suffisamment de signatures pour forcer un vote interne du parti sur la question.

Ce référendum a commencé cette semaine et les membres ont jusqu’au 1er janvier pour voter. Bien que le résultat ne soit pas contraignant pour la direction du FDP, l’ignorer pourrait également se retourner contre lui, surtout compte tenu de la position actuelle du parti dans les sondages, qui le place dangereusement près d’être expulsé du Parlement lors des prochaines élections. Les partis doivent gagner au moins 5 pour cent pour participer.

Cela suggère que le FDP restera une épée de Damoclès contre Scholz. Si le parti partait, Scholz serait sous pression pour convoquer un vote de confiance qu’il perdrait probablement. Il pourrait également tenter de rester au pouvoir dans un gouvernement minoritaire avec les Verts.

Cela n’a cependant jamais été tenté au niveau fédéral en Allemagne, et si le FDP devait abandonner la coalition, il est peu probable que Scholz parvienne à résister à la pression en faveur de nouvelles élections.

En fin de compte, la décision reviendrait au président Frank-Walter Steinmeier, un autre social-démocrate.

Fonctionnant à vide

Avec ou sans le FDP, Scholz n’a toujours pas de solution pour financer le programme législatif de la coalition. Même s’ils parviennent à réunir les fonds pour 2024 grâce à des réductions de dépenses et des hausses d’impôts, 2025, année électorale rien de moins, approche à grands pas.

Les dirigeants du SPD autour de Scholz, dont Rolf Mützenich, chef du groupe parlementaire du parti, poussent Lindner à lever le frein à l’endettement, invoquant les tensions provoquées par la guerre en Ukraine.

Mais le leader du FDP ne montre aucun signe de cession. S’il le faisait, il ne ferait que s’aliéner davantage sa propre base, déjà en colère contre la politique du gouvernement.

Dans le même temps, l’économie allemande devrait rester atone dans un avenir prévisible. La production allemande diminuera de 0,5 pour cent l’année prochaine, selon l’Institut économique allemand (IW).

Dans un contexte de faiblesse économique, le gouvernement Scholz doit également faire face à un nombre toujours élevé de nouveaux demandeurs d’asile. La récente augmentation des arrivées de migrants a contribué à renforcer le soutien au parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui occupe la deuxième place au niveau national et est sur le point de remporter une série d’élections régionales en Allemagne de l’Est l’automne prochain.

Les dirigeants du SPD autour de Scholz poussent Lindner à lever le frein à l’endettement | Michele Tantussi/Getty Images

Trump se profile

En plus de ses défis nationaux, Scholz doit également continuer à naviguer sur un terrain international de plus en plus risqué. La menace la plus grave est la guerre en Ukraine et la perspective d’un tarissement du financement américain pour Kiev.

L’élection présidentielle américaine de l’année prochaine et la perspective d’un retour au pouvoir de Donald Trump, qui n’a pas caché son mépris pour l’Allemagne, sont encore plus préoccupants. Un tel résultat, qui pourrait priver l’Allemagne du jour au lendemain de son allié et protecteur le plus important, ferait…

Eleon Lass

Eleanor - 28 years I have 5 years experience in journalism, and I care about news, celebrity news, technical news, as well as fashion, and was published in many international electronic magazines, and I live in Paris - France, and you can write to me: eleanor@newstoday.fr
Bouton retour en haut de la page