Nouvelles locales

Pourquoi elle



Pourquoi elle

Après présentation, le 1euh En avril dernier, ses excuses historiques à une délégation indigène reçue au Vatican, le pape François est attendu du 24 au 29 juillet au Canada. Là, il devrait renouveler sa demande de pardon pour le rôle assumé par l’Église catholique dans la gestion, de 1831 à 1996, des pensionnats pour enfants autochtones, théâtres d’innombrables maltraitances et abus. En un siècle et demi, près de 150 000 d’entre eux sont passés par l’un de ces 139 établissements, dans lequel ils ont été coupés de leur identité, de leur langue et de leur culture pour être « civilisés » selon l’Euro culture. -Canadien. Entre 3 000 et 6 000 ne sont jamais revenus. «Survivante», comme on les appelle ici, de l’ancien pensionnat Ermineskin de Maskwacis, en Alberta, Flora Northwest, 77 ans, a accepté de se replonger dans ses souvenirs d’enfant brisé pour nous. Mettre en lumière les traumatismes vécus, les séquelles évidentes, pour mieux témoigner de son cheminement obsédant vers la guérison et le pouvoir incommensurable du pardon. La Croix L’Hebdo était certainement destinée à la rencontrer. Pour le retrouver, il aura en effet fallu braver une gigantesque panne d’opérateur téléphonique, affectant pendant une journée des millions d’utilisateurs canadiens et nous privant des indications de son adresse, à l’orée d’un bois reculé. Il aura fallu, encore une fois, parcourir le centre-ville d’à côté, photo d’elle à l’appui, en espérant rencontrer quelqu’un qui la connaîtrait. Malgré le retard, Flora, confiante, nous attendait. Dans son jardin, elle s’est mentalement préparée à dérouler à nouveau l’histoire souvent rebattue.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page