Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Pourquoi Bank Al-Maghrib ne remonterait pas son taux directeur

L’inflation continue d’augmenter, constituant une source d’inquiétude pour les acteurs économiques qui s’interrogent sur les mesures à prendre si cette situation perdure ou s’aggrave. Une question taraude particulièrement les esprits : Bank Al-Maghrib va-t-elle relever son taux directeur, comme les autres banques centrales ? Une telle décision est peu probable, selon l’économiste Rachid Aourraz. Explications.

L’inflation ne montre aucun signe de ralentissement pour le moment. Au contraire, il continue d’augmenter, comme le montrent les derniers chiffres du Haut-Commissariat au Plan (HCP) qui indiquent que l’indice des prix à la consommation a augmenté de 4,5% au terme des quatre premiers mois de l’année. Une évolution inquiétante pour les acteurs économiques qui s’interrogent sur la réponse que l’Etat devra apporter si cette situation perdure ou s’aggrave. Plus précisément, une question est sur toutes les lèvres au sein de la sphère économique nationale : Bank Al-Maghrib, dont la prochaine réunion trimestrielle est prévue le 21 juin 2022, franchira-t-elle le pas en relevant son taux ? directeur, comme les autres banques centrales, notamment la Fed ? Pour l’analyste économique Rachid Aourraz, cette situation ne doit pas pousser Bank Al-Maghrib à relever le taux directeur. « Je ne pense pas que la Banque centrale le fera, compte tenu de la situation actuelle, de peur de limiter les investissements dont le Maroc a besoin pour créer de la croissance et des opportunités d’emploi », affirme-t-il. , dans une interview au quotidien « Assahra Al Maghribia ». Et d’expliquer que le relèvement du taux directeur peut entraîner une baisse des crédits bancaires, y compris ceux destinés à l’investissement. « Je ne pense pas que cela profitera à l’économie marocaine dans ces circonstances, car l’Etat prend plusieurs initiatives pour inciter les investisseurs privés ainsi que les banques à soutenir et financer l’investissement privé, principal moteur du dynamisme économique », a-t-il déclaré.

L’économiste avance une autre raison qui ferait en sorte que cette augmentation n’ait pas lieu. Il s’agit du fait que l’origine de la vague inflationniste actuelle n’est pas locale, mais plutôt importée et donc « toute politique monétaire intérieure ne conduira pas à une réduction des taux d’inflation actuels dans le pays », insiste-t-il. Bank Al-Maghrib ne devrait pas, non plus, baisser le taux directeur car cela ne changera pas les principales variables économiques, ajoute l’économiste. «Je m’attends à ce que la politique monétaire reste inchangée, ce qui signifie que la banque centrale dira indirectement que le dynamisme économique doit être catalysé à d’autres niveaux et que l’investissement privé et l’investissement direct étranger doivent être encouragés. par des moyens autres que la politique monétaire », explique-t-il. Il s’agit notamment, précise le spécialiste, de l’accélération des réformes administratives et institutionnelles, de l’amélioration du système éducatif et de l’apport de plus de garanties aux investisseurs qui ne prennent pas de risques en matière sanitaire et sociale. difficile sans avoir des garanties qui protègent leurs intérêts d’investissement ainsi que leurs propriétés privées qui sont sous la menace de l’inflation.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page