Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

pour l’OM, ​​la semaine ça passe ou ça casse

L’Olympique de Marseille entame une semaine capitale entre le déplacement de mercredi à Lisbonne pour affronter le Sporting Portugal et le match phare de dimanche face au PSG, lors de la « classique » du championnat de France. Deux matches qui pourraient stimuler ou au contraire faire dérailler la dynamique phocéenne pour la suite de la saison.

Ligue des champions mercredi et PSG dimanche. Un menu plus que copieux attend l’Olympique de Marseille cette semaine. La manière dont l’équipe phocéenne digère ces deux rencontres risque d’être un indicateur clair de ce dont Igor Tudor et ses hommes sont capables en C1 et dans le championnat de France.

Lors de ses dernières apparitions en Ligue des champions, l’OM a porté sa participation comme un boulet. Entre les saisons 2011/2012, 2012/2013 et 2020/2021, le premier Français vainqueur de l’épreuve est aussi devenu la première équipe capable d’enchaîner 13 défaites d’affilée dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Un match aller synonyme d’espoir

Si ses deux défaites inaugurales contre Tottenham et Francfort ont fait craindre le pire, la nette victoire obtenue au Vélodrome contre le Sporting a laissé les Marseillais pleins d’espoir avant son match retour contre le Sporting.

« On s’est donné la chance de pouvoir rebondir dans ce groupe », a rappelé l’entraîneur de l’OM Igor Tudor en conférence de presse. En effet, dans le groupe D très homogène, le seul succès de mardi dernier a suffi aux Provençaux pour se remettre dans la course à la qualification après leurs deux défaites initiales.

Les Marseillais sont certes encore derniers, mais seulement à trois longueurs du Sporting, leader, et à un point des Anglais et des Allemands, qui s’affrontent mercredi à Londres. L’espoir est donc revenu mais l’OM sait qu’il ne serait pas raisonnable de tirer trop de leçons d’un match aller irrationnel disputé à huis clos, qui n’en disait pas long sur la valeur des deux équipes. .

« On a joué plus d’une heure à 11 contre 10. Le match retour sera différent, à l’extérieur, avec leur public. Ce sera très difficile », avait également prévenu Tudor dès le coup de sifflet final.

A Marseille, le gardien espagnol du Sporting, Antonio Adan, avait écrit une bonne partie de l’histoire du match en offrant le but de l’égalisation à l’OM, ​​puis en étant encore très impliqué sur la seconde, avant d’achever sa prestation sens dessus dessous par un expulsion avant même la demi-heure de jeu.

Un revers inattendu en championnat

Comment se présenter en toute sérénité au Portugal ? Pas vraiment, car l’espoir précède la chute. Inexplicablement, l’équipe d’Igor Tudor a brutalement fait une sortie de route samedi en championnat avec sa première défaite de la saison en L1, concédée à domicile face à Ajaccio (2-1), lanterne rouge au coup d’envoi.

« J’ai du mal à expliquer cette défaite. En fait, nous n’avons joué que 15 minutes », a reconnu le technicien croate après la rencontre.

Alors, simple accident malvenu ou véritable aveu de faiblesse de la part d’une équipe confrontée à un calendrier exténuant et qui n’a remporté que deux de ses cinq derniers matches toutes compétitions confondues ?

L’énorme contre-performance de samedi rappelle en tout cas que l’OM dépendait beaucoup de certains éléments essentiels, comme Mattéo Guendouzi et Jonathan Clauss, mal remplacés au Vélodrome et qui pourraient être de retour mercredi.

Elle montrait aussi que certains dirigeants supposés, comme Dimitri Payet ou Gerson, étaient encore loin du compte, que Tudor n’avait pas vraiment de plan B, ni dans le système ni dans le choix des hommes, et que le potentiel offensif de l’il L’équipe derrière le bricoleur Alexis Sanchez n’était pas très impressionnante.

Outre les retours attendus de Guendouzi et Clauss, Marseille s’appuiera sur l’expérience de Sanchez, Éric Bailly et Chancel Mbemba et sur le tranchant d’Amine Harit et Cengiz Ünder. Leur mission est de repartir de Lisbonne avec au moins un point, avant de se tourner vers Paris, Neymar, Mbappé, Messi et le « classique » du dimanche.

Car le football est souvent une affaire de dynamique : un succès en Ligue des champions donnerait confiance à l’OM pour le choc face au PSG. A l’inverse, une défaite, et c’est tête basse que les Marseillais arriveraient face à leur concurrent au championnat. Les Marseillais sont prévenus pour éviter de voir leur bon début de saison se transformer en boudin.

Avec l’AFP


France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page