Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Pour la reconnaissance d’un fémicide de masse en Israël le 7 octobre – Libération


La guerre entre le Hamas et IsraëlDossiers

De nombreux civils sont morts, mais les femmes n’ont pas été tuées de la même manière que les autres. Elles ont été exposées nues et violées. Un collectif de personnalités publiques, parmi lesquelles Charlotte Gainsbourg, Isabelle Carré et Marek Halter, soulignent que ces crimes étaient dirigés contre elles en raison de leur sexe.

Elles s’appelaient Sarah, Karine, Céline… A l’initiative de l’association Paroles de femmes, nous avons lancé un appel aux féministes et défenseurs de notre cause pour qu’ils reconnaissent les féminicides dans les massacres de femmes perpétrés le 7 octobre en Israël.

Il est important que ce terme, souvent utilisé par la presse pour qualifier les meurtres de femmes aux mains de leur conjoint ou ex-conjoint, soit reconnu par toutes les ONG internationales (Amnesty International, ONU Femmes, etc.) comme équivalent à un fémicide de masse.

C’est ce féminicide de masse auquel nous devons faire face, sans le lier au conflit palestino-israélien. Nous savons que c’est difficile. Mais nous devons le faire pour que les femmes ne soient plus les premières victimes des guerres et des conflits armés, et que leurs visages ne soient jamais oubliés.

Exposé, violé, décapité

De nombreux civils sont morts, mais les femmes n’ont pas été tuées de la même manière que les autres. Les violences commises contre ces femmes correspondent en tout point à la définition du féminicide, c’est-à-dire le meurtre de femmes ou de filles en raison de leur sexe. Les femmes étaient exposées nues. Des femmes ont été violées au point de se fracturer le bassin. Leurs cadavres ont également été violés. Ses organes génitaux ont été endommagés. Ils ont uriné sur sa dépouille. Certains furent décapités, d’autres démembrés et brûlés. D’autres ont été pris en otage. Tout cela a été filmé et photographié pour générer la terreur, car les femmes et les enfants sont des symboles de notre humanité. Les vidéos des interrogatoires terroristes le confirment : « Nous voulions les violer pour les salir. » Il y avait même une sélection d’otages, ils prenaient les belles d’un côté et tuaient les autres. Des femmes handicapées ont également été violées et assassinées, comme Noya, autiste, et Ruth, polyhandicapée.

Encore une fois : il ne s’agit pas du conflit israélo-palestinien.

Cet appel n’est pas politique. Cet appel est purement féministe et humaniste. Nous devons tous rester unis. Nous avons mis une pétition en ligne pour que cette solidarité perdure.

Premiers signataires : Olivia Cattan, présidente de Paroles de femmes, Charlotte Gainsbourg, Anne Hidalgo, Tomer Sisley, Isabelle Carré, Catherine Marchal, Samuel Le Bihan, Elsa Zylberstein, Bernard Campan, Arié Elmaleh, Marilou Berry, Pascal Elbe, Michel Boujenah, Stéphane Guillon, William Mesguish, Jean-Luc Moreau, Lior Ashkénazi, Michel Cymès, Valérie Trierweiler, Laurence Ferrari, Françoise Laborde, Brigitte Benkemoun, Marc Levy, Marek Halter, Arié Avigdor (ancien ambassadeur d’Israël), Georges-Marc Benhamou, Maître Nathalie Tomasini, Maître Michèle Schor, Anne Baer (PDG de l’innovation chez iKare), Yvan Attal, Lamia El Aaraje…

Pour signer la pétition.

Souhaitez-vous publier une chronique dans Libérer? Pour connaître nos conseils et la marche à suivre, ainsi que l’adresse pour nous envoyer vos propositions, accédez à la rubrique « Proposer un forum » en fin de page.


Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page