Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Planche à roulettes : Destination Colombie-Britannique | JDM


Dans leur quête pour vivre pleinement leur passion, il n’est pas rare de voir de jeunes Québécois quitter la Belle Province pour s’installer en Colombie-Britannique et pratiquer abondamment les sports extrêmes.

• Lisez aussi : Sports extrêmes : une popularité en hausse, même au Québec

C’est ainsi que Julien Gagnon, un expert du skateboard qui était pourtant de passage à Montréal en fin de semaine pour participer à la 10e édition du Jackalope, n’a pas manqué une seule fois l’événement mettant en valeur la promotion de certains sports extrêmes.

Aujourd’hui âgé de 29 ans, Gagnon s’est installé dans l’Ouest canadien il y a un peu plus de deux ans, plus précisément au tout début de la pandémie, en 2020, où il vit la « van life », c’est-à-dire explorer le monde dans un van aménagé surtout pour y vivre.

« Nous avons décidé de poursuivre cette vie en tant qu’athlète. L’été, je fais des camps de patinage pour le camp de patinage Evolve. Je viens de terminer ma saison de camp de jour de skate au skatepark de Whistler. Nous le gardons sportif. On reste un peu voyage, sports extrêmes, ça colle à nos modes de vie.

Le natif de Saint-Jean-sur-Richelieu a également quitté Québec avec sa compagne après avoir terminé ses études au secondaire. À l’avenir, il aimerait faire la promotion de son sport auprès des jeunes élèves qu’il enseignera.

«Je vois vraiment une augmentation de la popularité dans le sport. Nous avons des jeunes à Whistler qui pratiquent.

Jamais sans son chat

Gagnon et sa copine ne voyagent pas seuls. Avec eux, leur chat explore l’ouest du pays. Bien qu’il soit généralement un animal sédentaire, Luna aime voyager. Elle a également voyagé de Vancouver à Montréal pour suivre son maître, qui est en action au Jackalope.

« On est descendu de Vancouver pour faire notre van à Saint-Georges-de-Beauce et il y a des chatons qui sont nés dans le champ en même temps qu’on fabriquait ce van. Ma copine m’a dit : « C’est le chat et moi ou rien », a lancé Gagnon, amusé par l’histoire.

« On le traîne partout, il est devenu un peu comme notre petit bébé. C’est un chat voyageur et il donne vie à une camionnette. C’est quand même un endroit assez fermé, un van, mais ça donne de la vie et je pense que c’est un peu ce qu’on recherche, avoir des compagnons qui nous accompagnent dans cette aventure qu’est la vie. »



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page